François, freelance déterminé

SEO, Google Adwords, Web Analytics, cela fait plus de 10 ans que François, alias Gokam, aide les entreprises à soigner leur visibilité en ligne. À son compte depuis 4 ans, il est l’exemple même du consultant freelance spécialisé et demandé. Des startups aux grands groupes en passant par les agences et les PME, il a bossé avec toutes sortes de clients. Il nous livre aujourd’hui quelques morceaux choisis.

Quel est ton métier ?

Je suis consultant en SEO, SEA, Web Analytics, je fais parfois Chef de projet, j’ai quelques casquettes 🙂

Que faisais-tu avant d’être à ton compte ?

Directeur marketing. Initialement, j’ai une formation de développeur.

Pourquoi avoir fait ce choix ?

Je n’ai pas vraiment fait de choix, c’est venu naturellement. Après mon expérience professionnelle précédente, je me suis lancé dans un projet entrepreneurial. Petit à petit, j’ai commencé à faire des missions pour financer mon projet. Je trouvais beaucoup d’intérêt à aider des clients, à travailler en équipes et j’ai fini par devenir consultant indépendant à temps plein, car je trouvais ça plus épanouissant !

Quel est ton statut (AE, SARL, SASU, Coopérative d’activité et d’emploi…)

EURL

Tu as eu l’occasion de travailler avec des clients de tous poils, en pratique comment cela se passe-t-il ? Qu’est-ce qui change par rapport à une relation salariée / employeur classique ?

Dans une relation salariale, on signe le contrat puis on découvre, pour le meilleur et pour le pire, avec qui on va travailler.

Il y a moyen de se renseigner, mais il est difficile d’évaluer l’environnement de la boîte, les collègues, l’esprit d’entreprise. En freelance, il y a des missions longues, des missions courtes et régulièrement, on peut se demander ce qu’on veut faire. Est-ce qu’on prend une autre mission avec ce client qui est sympa, mais qui paye mal ? Est-ce qu’on prend cette mission facile, car il est temps de s’occuper de soi ? Est ce qu’on va chercher des clients novateurs dans leurs domaines d’activités avec des risques de se planter ?

Les choix inhérents à la vie de freelances peuvent être une source de stress, mais c’est une liberté inestimable, la liberté de choisir en connaissance de cause avec qui et comment on veut travailler. On peut faire ses réglages au fil de l’eau et cela vaccine du syndrome du job «inutile».

On parle souvent de la relation freelance / entreprise, mais on oublie souvent que l’entreprise recouvre en fait des réalités très diverses. Que l’on travaille avec une startup, une PME, un grand groupe ou encore une agence, la relation prendra des formes très différentes. Quels sont à tes yeux les pour et les contre de chacune de ces relations ?

Certaines généralités ont la vie dure : oui, les grosses structures paient avec des délais plus importants, les startups sont plus à même de changer leur processus et les agences travaillent dans l’urgence, mais j’ai néanmoins rencontré des contre-exemples à chaque fois.

J’ai déjà travaillé en tant que sous-traitant pour des agences qui traitent les freelances comme des salariés de seconde zone tandis que d’autres considèrent qu’elles font appel à un expert et souhaitent rendre toutes les interventions aussi efficaces que possibles et n’hésitent pas à aménager leur emploi du temps pour cela.

C’est aussi varié dans les missions de régie. Une fois, j’ai été installé dans un bureau sous les toits, la majorité des gens ne me connaissaient pas. Je soupçonne certains salariés de s’être demandé comment un stagiaire pouvait être aussi vieux et rester aussi longtemps.

La fois suivante, j’ai eu droit à un pot de départ haut en couleur et certains n’ont découvert qu’au dernier jour de ma mission, que je n’étais en fait pas salarié… mais juste un freelance bien intégré.

Amédée
Génie indépendant

Génie indépendant depuis des siècles, je partage aujourd’hui mes aventures avec vous, indépendants de tout poil et de tous horizons. Actu, bons plans, témoignages ou libres palabres, je vous apporte les meilleures infos pour que vous puissiez profiter au mieux de votre indépendance.

COMMENTAIRES

DANS LA MÊME CATÉGORIE

Ca devrait vous intéresser

maker
31/05/2018Palabres

Freelance, pourquoi faire ?

L’image d’Epinal du freelance nous présente un travailleur indépendant numérique, dont la liberté tient à un écran et au fil d’une connexion Internet et l’on...

31/05/2018Palabres

Comment on apprend à devenir freelance

Les organismes de formation supérieure se sont jetés sur l’entrepreneuriat mais restent lents à inclure le travail indépendant dans leurs formations. Résultat, les...

Retrouve Amédée sur

Like Amédée

Abonnement

Qui est Amédée ?

Amédée Maker • JUIN

Avec le soutien bienveillant de