Freelance cherche routine

La routine n’a pas bonne presse. Lénifiante, anesthésiante, et même corrosive, on l’accuse de tous les maux : elle éteint nos carrières, fane nos amours, délave nos vies. Notre monde veut du neuf, du frais, du nouveau et du renouveau. Et pourtant… Il faut avoir navigué dans les eaux capricieuses de l’indépendance pour prendre conscience des vertus de cette routine mal-aimée.

Quand travail et loisirs s’entrechoquent, que bureau et canapé ne font qu’un, que le jour et la nuit se confondent, on se surprend un jour à l’appeler de nos vœux. Oh, qu’il serait bon de se laisser glisser d’un jour à l’autre sans heurt ni tourment, de suivre sereinement le plan décidé par soi-même !

La vie de freelance est déjà suffisamment instable pour qu’il faille en rajouter, livrés à nous-mêmes comme dans la fosse aux lions, on se rend rapidement compte qu’il est difficile de construire sans un véritable rythme. La routine nous permet de réduire le nombre de choix que nous avons à faire par jour et cela est bon pour notre esprit.

Moins de choix, moins de doutes, moins de regrets, plus de paix

Les choix sont mûris en amont et mis en facteur. Cette routine nous permet de jalonner et d’ordonner un quotidien qui, sinon, prendrait des airs de chaos permanent. Grâce à elle, on cesse de réagir pour commencer à agir et, en fin de journée, malgré les galères et les aléas, on peut au moins se dire : j’ai fait ce que j’avais à faire.

La chance que nous avons est que nous, freelances, pouvons décider de la routine que nous voulons suivre. Cette liberté de pouvoir choisir notre rythme est une aubaine – et aussi un défi. Chaque freelance à son propre tempo, ses habitudes, ses rituels : méditation tous les matins et sport à haute dose pour Alexandre, promenades en montagne pour Emmanuelle, Yoga, natation ou bilboquet…

Comme le dit Benjamin : « pour beaucoup, le passage au freelancing marque la fin du trajet quotidien au bureau, le choix d’horaires parfois plus adaptés à son horloge biologique, et un travail à domicile, qui peut aussi simplifier la vie de famille. Un soulagement en somme ! Mais c’est parfois aussi l’occasion d’un relâchement dans l’hygiène de vie (sédentarité, mauvaise alimentation, horaires décalés) ou même d’un début d’isolement social. »

C’est pour palier à ces difficultés que les espaces de coworking existent et se multiplient. On se lève le matin, on prend sa douche, on engloutit une banane et on enfourche sa bicyclette direction le boulot. On y retrouve des collègues, on y tisse des liens, on y développe des solidarités. Bref, on retrouve un rythme, un cadre, une routine.

Découvrir et bâtir : voici les deux pôles entre lesquels nous nous débattons tous. Manger et digérer, inspirer et expirer, le flux et le reflux… Aux frissons des grandes découvertes succède l’âge des bâtisseurs. Jour après jour, pierre après pierre, hors des sentiers battus, nous tentons nous aussi de bâtir une carrière.

Gardons bien à l’esprit ce que dit la comptine, toutes les grandes routes commencent par une routine.

Antoine van den Broek
Rédacteur en chef d’Amédée

Indépendant, frère-fondateur de Mutinerie, penseur, acteur et témoin des nouvelles formes de travail, passionné par le développement de communautés, j’aime faire des rencontres et raconter des histoires, deux activités auxquelles je peux me livrer par la grâce d’Amédée

COMMENTAIRES

DANS LA MÊME CATÉGORIE

Ca devrait vous intéresser

travailler en freelance
03/11/2018Palabres

Les sept temps du freelance

Administratif, vente, communication, veille, formation, networking et… production, comment articuler ces différents temps du métier de freelance ?...

Retrouve Amédée sur

Like Amédée

Abonnement

Qui est Amédée ?

Amédée à la recherche du temps perdu • NOVEMBRE

Avec le soutien bienveillant de