Freelances, y voir plus clair dans vos assurances

Bien qu’exposés à une multitude de risques, les freelances restent une population particulièrement mal assurée. On dit parfois que cela s’explique par leur relatif jeune âge et par l’optimisme qui va avec. C’est peut-être aussi dû à un problème de compréhension du rôle de ces diverses assurances aux noms souvent obscurs. Pour vous aider à y voir plus clair, Amédée est parti à la rencontre de Lucile Coulonnier, en charge de la conception de nouvelles offres d’assurances à destination des travailleurs indépendants au sein de la MAIF. Voici ce que vous devez savoir si vous n’y comprenez rien.

La Responsabilité Civile Professionnelle

C’est la fameuse RC Pro. Elle est obligatoire pour la plupart d’entre-nous (exception faite de certains auto-entrepreneurs) donc, normalement, vous en avez déjà entendu parlé… Elle vous couvre en cas de dommage commis envers un tiers dans le cadre de votre activité professionnelle. L’application que vous avez développée ne tourne pas comme prévu et porte préjudice à l’activité de votre client, vous n’avez pas bien protégé les données confidentielles de votre client et celui-ci s’en trouve bien ennuyé, vous n’avez pas rendu vos maquettes à temps, votre client décide alors de mettre fin au contrat… bref, dans le cadre de votre activité, vous avez provoqué des dommages à l’un de vos client. Celui-ci mettra alors votre responsabilité en cause dans la mauvaise exécution du contrat qui vous liait à lui. Si le dommage est reconnu et sous réserve qu’il ne soit pas le fruit d’une malveillance, votre assurance remboursera à votre client la somme correspondant au montant estimé du préjudice. Si vous estimez que la mise en cause dont vous êtes l’objet est injustifiée et que vous contestez la version de votre client et qu’un contentieux commence, votre assurance vous permettra de financer les frais de procédure. Si vous n’avez pas de RC Pro, ça sera pour votre pomme.

La Responsabilité Civile d’Exploitation

Si la RC Pro couvre les dommages causés à votre client du fait des prestations fournies dans l’exécution de votre activité, la RC Exploitation couvre les dommages provoqués à autrui pendant l’exploitation mais ne résultant pas de l’exécution de votre prestation. Alors que la RC Pro couvre des dommages immatériel et la RC Exploitation prend en charge des dommages matériels. Nuances d’assureur… En clair, la RC Exploitation interviendra si dans le cadre de votre prestation, vous provoquez des dégâts sans que ceux-ci soient liés au but de votre mission. Vous êtes photographe sur un mariage et vous écrasez malencontreusement les lunettes qu’un enfant a fait tombé dans le tumulte de la séance photo, vous avez dressé votre stand pour présenter vos produits et, malédiction, un grand panneau de bois s’effondre sur une pauvre vieille dame ou, plus simplement, exalté par votre présentation, vous renversez votre thé sur le Mac flambant neuf de votre client ou de votre collègue freelance… Le RC Exploitation couvrira tous les frais liés à ces maladresses. En cela, elle ressemble pas mal à votre RC personnelle. Mais ici, le contexte est professionnel.

L’assurance dommages aux biens

Ici, ce sont vos biens à vous qui sont assurés, car vous savez aussi renverser du thé sur votre propre ordi. Et puis vous non plus n’êtes pas à l’abri d’une mésaventure : votre stock qui part en fumée dans un incendie, votre ordinateur volé dans le train, votre téléphone qui s’explose sur le bitume… L’assurance Dommages aux biens couvrira les frais engendrés par ces péripéties.

L’assurance du local professionnel

Si vous avez besoin d’un local professionnel pour exercer votre activité (studio photo, atelier de fabrication, showroom…) et que ce local se trouve soudainement hors d’usage (dégâts des eaux, mise aux normes, travaux de copro…) cette assurance couvrira les frais de remise en état et, dans diverses mesures, la perte d’exploitation due à ce malheureux incident. À vous de choisir, au moment de souscrire à cette assurance, si vous souhaitez qu’elle vous rembourse les charges liées au local momentanément hors d’usage ou qu’elle couvre carrément votre perte de chiffre d’affaires. Naturellement, le coût de cette assurance dépendra des conditions de couverture ainsi que du montant de ce que vous avez à protéger.

Le contrat prévoyance

Il vous couvre (ainsi que les autres bénéficiaires que vous aurez désigné) en cas de gros pépin vous mettant dans l’incapacité d’exercer votre activité professionnelle. Une maladie chronique, un accident grave, ou carrément le décès. Un revenu vous sera alors versé ou sera versé à vos proches si vous n’êtes plus là. Encore une fois, les conditions sont très variables et dépendent d’une multitude de facteurs (votre âge, le montant de l’indemnité, la durée du contrat…). Un contrat prévoyance peut être particulièrement intéressant pour un freelances puisque celui-ci ne peut se reposer que sur lui-même et se retrouverait rapidement dans une situation très compliquée en cas d’incapacité à travailler.

La protection juridique professionnelle

Elle vous protège en cas de contentieux : information juridique en amont, conseil et médiation, action judiciaire, financement des honoraires d’avocats… Cela peut-être pour vous défendre face à une mise en cause ou pour attaquer des tiers vous ayant causé du tort d’une manière ou d’une autre (utilisation interdite d’un élément de votre marque, diffamation, non-paiement d’une prestation…). Sans ce type de protection, il est peut probable que vous puissiez vous défendre face à des entreprises capables de financer des procédures coûteuses et d’en supporter la longueur).

Photo de couverture : jens johnsson
Photo #2 : anja

Amédée
Génie indépendant

Génie indépendant depuis des siècles, je partage aujourd’hui mes aventures avec vous, indépendants de tout poil et de tous horizons. Actu, bons plans, témoignages ou libres palabres, je vous apporte les meilleures infos pour que vous puissiez profiter au mieux de votre indépendance.

 

COMMENTAIRES

DANS LA MÊME CATÉGORIE

Ca devrait vous intéresser

freelance à l'étranger
08/08/2018Édito

Édito – Amédée around the world

En août, Amédée vous emmène à la découvert de huit villes freelance-friendly, chacune à sa manière, avec, à chaque fois, trois lieux recommandés et le témoignage...

05/08/2018Tips & Tools

Être freelance à Barcelone

Mer, montagne, soleil et coût de la vie : la capitale catalane cumule les arguments en sa faveur pour qui souhaite combiner travail en freelance et qualité de vie....

freelance New York
05/08/2018Tips & Tools

Être freelance à New-York

New-York est une ville hors-norme, excitante, stimulante, captivante. Du monde entier, elle draine des talents et dans tous les domaines. Pouvoir y vivre est une...

Retrouve Amédée sur

Like Amédée

Abonnement

Qui est Amédée ?

Amédée around the world • AOÛT

Avec le soutien bienveillant de