Happy Dev : collectif de freelances heureux

Seul, on va plus vite, ensemble, on va plus loin*. Mieux, avancer en collectif, tout en conservant la maîtrise de l’épanouissement de chacun, semble être un bon moyen d’influencer positivement la vie économique de notre société. C’est en tout cas ce qui motive un nombre croissant de freelances à se regrouper en communautés de travailleurs bienveillants. Happy Dev fait partie de celles-ci !

Fondé en 2015, Happy Dev est un réseau de freelances qui se pose comme une nouvelle forme d’entreprise. Basé sur l’intelligence collective, il propose une alternative agile aux multinationales. Sa botte secrète ? Des membres autonomes réunis autour d’un cadre commun, une organisation horizontale et une prise de décision décentralisée. Avec tout cela, l’ambition clairement affichée de grandir afin de proposer un “contre-modèle” communautaire puissant. Pour savoir comment fonctionne ce réseau, nous sommes allés interroger Alexandre Bourlier, heureux co-fondateur.

Peux-tu nous en dire plus sur Happy Dev ?

Happy Dev est une fédération de collectifs d’indépendants. Pour l’instant, la structure comprend 4 collectifs (2 à Paris, un à Nantes et un au Mans), l’objectif est d’en avoir 15 d’ici la fin de l’année. On a des profils assez diversifiés, même si la plupart se concentrent autour des métiers du numérique : développeurs, graphistes, rédacteurs… On a tous les profils nécessaires à la création d’une appli ou d’un site web !

Pourquoi avoir créé Happy Dev ? Quelle était votre ambition ?

On a constaté que le nombre de freelances augmentait considérablement. Or être freelance, aujourd’hui, c’est devoir faire face seul à de nombreuses problématiques. Exemple, si un client ne paie pas. Alors que l’entreprise est généralement est capable d’encaisser le choc, pour le freelance, c’est plus difficile.

L’idée était de créer une structure qui permette de rester indépendant tout en s’accaparant les avantages offerts par l’entreprise. Notre réseau est à la croisée du monde des freelances et du concept d’entreprise libérée.

Chez Happy Dev, on pense qu’il est possible de mettre en place un modèle communautaire puissant, qui génère des revenus tout en restant au service de l’épanouissement des humains. C’est aussi la raison pour laquelle on ambitionne de grandir : notre croissance nous permettra d’atteindre la force de frappe d’une grande entreprise et d’en obtenir les avantages en termes d’influence et d’accès au marché.

Comment les freelances qui collaborent sur un projet se répartissent les revenus ? Y-a-t-il une part reversée au collectif pour financer les frais de fonctionnement ?

Lorsque l’on reçoit une demande client, une équipe de volontaires se constitue. Chaque indépendant évalue le prix de sa partie (ex : design, référencement, développement, etc.) et on soumet un devis global. À la livraison du projet, 5 % du montant revient à la structure et le reste va dans la poche des indépendants. Si c’est un freelance qui amène une affaire dans le réseau, il est libre de choisir le montant de sa part d’affaire à condition que l’équipe accepte.

Comment garantir au client qu’il aura une bonne expérience en faisant appel à Happy Dev ? Que se passe-t-il si un freelance travaille mal ?

Tous les projets sont suivis par au moins un membre associé du collectif. Quand on a à faire à de grosses missions notamment, c’est lui qui prend la casquette de directeur de projet et endosse la responsabilité de la bonne tenue de la mission. Cela nous permet d’éviter les problèmes. Si on estime, par exemple, qu’un freelance est trop junior sur une mission, charge à l’associé de faire en sorte qu’il tienne la route.

Le système d’entraide fonctionne très bien dans le réseau.

Exemple : mettre en place un encadrement du junior par un freelance expérimenté, qui l’aidera à monter en compétences et à mener à bien le projet. On a aussi un tchat sur lequel tout le monde peut poser des questions. Les freelances y sont très réactifs.

Qui peut rejoindre Happy Dev ?

Tous les indépendants peuvent nous rejoindre. Le seul critère est d’avoir la cooptation de 3 membres, en venant nous rencontrer à l’un de nos événements. Et bien sûr, de partager les valeurs du réseau !

Pour toi, l’indépendance en mode collectif, c’est un peu l’avenir des freelances, en fait ?

On est convaincu que la valorisation de l’autonomie des personnes, comme on le fait, et plus généralement, tout le mouvement autour de l’entreprise libérée, est un modèle plus efficace. La décentralisation du pouvoir favorise la prise d’initiative, l’émergence d’idées, l’innovation, ça permet d’aller plus vite, aussi. Chez Happy Dev, on est passé de 2 à 200 en 2 ans, et encore, on a freiné la croissance. Preuve que ce modèle est scalable. En se fédérant, les freelances créent de nouvelles offres de services.

Néanmoins, le modèle demande à être affiné. On sent bien qu’on est en train de faire de l’essai-erreur, on tente de nouvelles formes de gouvernance, de prise de décision… Tout ça mature.

À terme, une fois qu’il y aura des schémas d’organisation bien balisés, le modèle de l’entreprise libérée surpassera de fait l’entreprise classique.

D’ailleurs, point important qui vient soutenir notre vision : on construit l’ensemble de nos outils collaboratifs sur des standards interopérables. Concrètement, cela signifie que chaque membre du collectif est maître de la donnée qu’il échange via nos outils et a accès à celle des autres membres, peu importe son équipement matériel. C’est important pour nous d’opter pour des formats d’outils ouverts ; mettre en place des outils fermés, c’est prendre le risque de voir émerger un centre de décision qui accapare beaucoup de données de valeur des membres.

Happy Dev en chiffres :

  • 4 collectifs en France
  • Plus de 200 freelances membres du réseau
  • Près de 2 millions de CA annuel

Photo de couverture rawpixel.com 
Photo #2 :Markus Spiske

*Proverbe africain

Marilyn Epée
Content Manager indépendante

J’accompagne avec le sourire les entrepreneurs et les startups dans leur Content Marketing : conseil en stratégie de contenus, gestion de projet éditorial, rédaction web & blogging.

COMMENTAIRES

DANS LA MÊME CATÉGORIE

Ca devrait vous intéresser

Coopérative freelances
04/02/2018Tips & Tools

Coopaname, faire société

Lorsqu’on parle de collectifs de travailleurs indépendants, on ne peut faire l’impasse sur les coopératives d’activité et d’emploi, ces sociétés mutantes, composées...

Amédée trouve son crew
04/02/2018Édito

Amédée trouve son crew

Amédée avait choisi de se lancer en freelance pour être libre et il s’était retrouvé seul. Un vieux jogging distendu avait remplacé le costume d’autrefois, les...

collectif de freelances
04/02/2018Tips & Tools

Enspiral, freelance for good

Depuis 8 ans Enspiral, collectif de freelances originaire de Nouvelle-Zélande, expérimente des process, invente des outils et développe une culture, pour faire du...

Retrouve Amédée sur

Like Amédée

Abonnement

Qui est Amédée ?

Amédée trouve son crew • FÉVRIER

Avec le soutien bienveillant de