La maternité en Freelance : mode d’emploi

La maternité en tant que freelance présente quelques particularités par rapport à la prise en charge salariée, qu’il vaut mieux connaître afin d’anticiper au mieux sa grossesse. Quelles sont les aides disponibles ? Vers quels organismes se tourner ? Comment gérer ses clients dans cette période ? Voici tout ce qu’il faut savoir sur la grossesse en tant que freelance.

Lors d’une grossesse en tant que salariée, les femmes ont droit à un congé maternité de 16 semaines et peuvent être indemnisées jusqu’à 6500 €. Les femmes freelances affiliées au RSI ont-elles droit à 10 semaines de congé maternité, et une indemnisation en fonction de leur statut et de leurs revenus.

Les indemnités journalières d’interruption d’activité

En tant que freelance, vous avez droit à une indemnité journalière d’interruption d’activité pendant votre grossesse. Pour la toucher, l’arrêt de travail doit être au minimum de 44 jours consécutifs, dont 14 jours doivent immédiatement précéder la date estimée d’accouchement. L’arrêt de travail peut faire l’objet de deux prolongations de 15 jours. Concernant le montant de ces indemnités, deux possibilités :

Si votre revenu annuel est supérieur à 3 862, 80 €, vous toucherez une indemnité de 54, 43 € par jour. Si votre revenu annuel est inférieur à 3 862, 80 €, vous toucherez une indemnité de 5, 443 € par jour.

Attention, le revenu annuel n’est pas votre chiffre d’affaires annuel. Il s’agit en réalité du montant de votre chiffe d’affaire déclaré, auquel vous devez retirer l’abattement fiscal forfaitaire (34% pour les professions libérales, 50% pour les prestations de services, 71% pour les activités d’achat-revente). Le calcul est effectué sur la moyenne des revenus des trois dernières années.

Côté démarche administrative, il vous faudra adresser le certificat d’arrêt de travail délivré par votre médecin, et une déclaration sur l’honneur attestant de l’interruption d’activité, à l’organisme que vous avez choisi pour l’assurance maladie.

Pour la plupart des freelances, ces indemnités restent très faibles par rapport à leur revenu ordinaire. Pour celles qui sont en dessous du seuil, il peut être extrêmement difficile de joindre les deux bouts avec 5 € par jour seulement. C’est notamment le cas de Céline Favre, freelance dans la sérigraphie. Dans une situation complexe, elle a lancé une pétition adressée au gouvernement, pour que les femmes freelances puissent prétendre à un véritable congé maternité. Pour connaître son histoire et signer la pétition, c’est par ici !

L’allocation de repos maternel

L’allocation de repos maternel a pour but de compenser la baisse de productivité, et donc la baisse de revenus, lors de la grossesse. L’allocation est versée en deux fois, avec un premier versement au 7e mois de grossesse, et un deuxième versement après l’accouchement. Pour avoir droit à l’allocation de repos maternel, il s’agit du même barème que pour les indemnités journalières.

Pour toucher l’intégralité de l’allocation, soit 3 311 €, il faut un revenu annuel supérieur à 3862, 80 €. En dessous de ce montant, vous aurez droit à seulement 10% de l’allocation, soit 331, 10 €.

Pour obtenir la première partie du versement, vous devez envoyer à votre organisme d’assurance maladie la feuille d’examen prénatal du 7ème mois. Pour obtenir le second, c’est le certificat d’accouchement qu’il faudra envoyer.

Comment gérer mes clients pendant mon congé maternité ?

Au-delà de l’aspect simplement financier, il faut aussi réfléchir à la gestion de son entreprise. Est-ce que je travaille jusqu’au terme de la grossesse ? Est-ce que ma santé le permet ? Sinon, comment faire avec mes clients ?

En étant à son compte, il n’est pas évident d’arrêter son activité purement et simplement. Certaines font le choix de travailler le plus longtemps possible, d’autres préfèrent sous-traiter.

Bien que le statut d’auto-entrepreneur ne permette pas de vraiment sous-traiter de manière rentable, cela permet de ne pas laisser vos clients en plan.

Essayez de leur annoncer votre grossesse assez tôt, et de les mettre vous-même en contact avec des personnes qui peuvent prendre la relève, le temps de votre congé maternité. Ils seront davantage en confiance, et ils n’auront pas la recherche d’un nouveau freelance à faire. De plus, cela vous permettra de récupérer vos clients plus facilement et plus rapidement lors de votre retour au travail.

Gaëlle Delhon
Rédactrice

Diplômée en gestion commerciale des structures culturelles et d’une licence en journalisme, passionnée par l’écriture web, j’ai décidé d’en faire mon métier.

COMMENTAIRES

DANS LA MÊME CATÉGORIE

Ca devrait vous intéresser

freelance vente collectif
08/12/2018Palabres

Freelances, chassez en meute

L’union fait la force, c’est peut-être un poncif, mais c’est particulièrement vrai quand on est un freelance qui cherche à vendre ses services. Plusieurs collectifs...

Retrouve Amédée sur

Like Amédée

Abonnement

Qui est Amédée ?

Amédée vendeur d’élite • DÉCEMBRE

Avec le soutien bienveillant de