Les 7 plateformes pour travailler d’où l’on veut

Le travail n’est plus un lieu mais ce que l’on fait. C’est le constat partagé par ces sept plateformes qui recensent des dizaines de milliers de jobs (en freelance ou non) que l’on peut faire depuis son salon, le café du coin ou un espace de coworking du bout du monde.

Une dizaine d’annonces nouvelles publiées par jour et un scope de job relativement large et équilibré : dev, design, marketing, product management, data, vente, customer support… Les entreprises “recruteuses” paient $300 par mois pour poster une offre de mission ou d’emploi sur la plateforme. Une barrière à l’entrée qui peut être gage de sérieux de ce côté là. La plateforme est gratuite pour les freelances. On y retrouve surtout des boîtes basées en Amérique du Nord d’où des problèmes de décalages horaires pour certains postes lorsque l’on vit en France, en Suisse ou en Belgique. Pas de problème pour les cousins du Québec. La majorité des offres disponibles concerne des postes salariés.

Remotive revendique 25.000 remote workers. Cette plateforme compte une communauté de 500 personnes actives se partageant astuces, bons plans et business via Slack notamment. Un blog et des webinars réguliers apportent un supplément de contenu pour aider les remote workers ou aspirants remote workers à tracer leur route. On y retrouve surtout des offres de dev, mais aussi de design, marketing, product management… Certains jobs sont disponibles d’où que l’on soit dans le monde, d’autres uniquement sur certaines zones géographiques ou sur certains fuseaux horaires. Les entreprises paient $150 par offre et par mois. On y trouve beaucoup d’offres d’emplois, moins d’offres de contrats freelance.

Propulsé par Nomad List (qui répertorie tous les hotspots pour nomades digitaux), Remote OK est très orientée développement web. La plateforme propose des stats sympas : les compétences les plus recherchées, les jobs dont la demande est en plus forte hausse et en plus forte baisse, les plus gros embaucheurs du site… On y trouvera aussi les “highest paid remote jobs” dont la palme revient aux professionnels d’Elasticsearch… si cela peut provoquer des vocations…

Plus de 60.000 travailleurs remote accessibles, une base de données de plus de 2.000 professionnels et un système de recherche plutôt bien fait qui permet notamment de filtrer des emplois à mi-temps ou à plein-temps, des missions de stages ou de freelance. Les entreprises ne doivent débourser que $200 pour une offre d’emploi visible pendant trois mois sur la plateforme.

Rejeton de la célèbre Angel List (“where the world meets startups”), on a ici affaire à du solide. Plus d’un million de candidats actifs dont plus de 300.000 développeurs, 6.000 nouveaux candidats par semaine… Ça envoie. Les jobs proposés sont orientés startups. La fonction de recherche est là aussi bien pensée. On a notamment la possibilité de voir le nombre de candidats ayant postulé à l’offre… démoralisant pour certains, stimulant pour d’autres… Tout est gratuit que ce soit pour les recruteurs ou les candidats. 4.400 startups ont déjà embauché via la plateforme.

Par la fondatrice de Flexjobs. Un large panel de métiers et secteurs en comparaison des nombreuses plateformes très orientées tech. Site très américain.

Pas mal d’infos pour accompagner les entreprises souhaitant mettre en place plus de travail à distance (recrutement management, organisation) via un blog et un Q&A. Beaucoup de développeurs mais pas seulement. Les recruteurs doivent ici payer $150 par annonce. Partie prenante du Mobile Mind Project du Forum Économique Mondial.

Antoine van den Broek
Rédacteur en chef d’Amédée

Indépendant, frère-fondateur de Mutinerie, penseur, acteur et témoin des nouvelles formes de travail, passionné par le développement de communautés, j’aime faire des rencontres et raconter des histoires, deux activités auxquelles je peux me livrer par la grâce d’Amédée

COMMENTAIRES

DANS LA MÊME CATÉGORIE

Ca devrait vous intéresser

Stephane freelance tout-terrain
30/07/2017Témoignage

Stéphane, travailleur tout-terrain

Électron libre, maraudeur de l'extrême, autodidacte sans frontières, Stéphane est toujours sur la brèche. Ce développeur de talent, passionné de voyages a poussé le...

NicoAmar
27/07/2017Palabres

Réformer les plateformes de travail

Alors que les conjectures vont bon train sur ce que sera le cadre réglementant les plateformes de travail, il nous a paru intéressant de nous pencher sur le Rapport...

pauline indépendante
24/07/2017Témoignage

Pauline, perle rare

Un diplôme d’ingénieur informatique en poche, Pauline avait le choix. Et elle choisit de se lancer à son compte comme e-commerçante... pas facile de partir en...

Retrouve Amédée sur

Like Amédée

Abonnement

Qui est Amédée ?

Amédée fait ses comptes • OCTOBRE

Avec le soutien bienveillant de