5 bonnes raisons de partager son quotidien de freelance7 minutes de lecture

Un nombre croissant de freelances dévoilent les coulisses de leur métier sur les réseaux sociaux. Mais quel est l’intérêt de ces « studio vlogs », « sketchbook tours », « bilans » et autres « story times » diffusés sur YouTube, Instagram, Facebook ou encore LinkedIn ?

N’en déplaise aux mauvaises langues, à l’heure des médias sociaux et du marketing digital, donner à voir son quotidien d’indépendant n’est pas nécessairement superfétatoire. Soigneusement réfléchie et déroulée dans les règles de l’art, cette démarche peut en effet contribuer à la construction d’une marque personnelle forte et différenciante, essentielle lorsque l’on travaille à son compte. 

Vous doutez encore des vertus de cette technique de personal branding ? Amédée vous révèle 5 bonnes raisons de l’adopter (si le cœur vous en dit).

# 1 Se démarquer de la concurrence

En Europe et dans le monde, le freelancing a la cote. En France, le nombre de freelances aurait même augmenté de 145 % entre 2008 et 2018, jusqu’à concerner 930 000 personnes à travers l’Hexagone (source : Eurostat via Malt).

Se démarquer de la concurrence n’est plus une option. Or, à compétences égales, une personnalité singulière peut faire la différence. Le challenge : donner à voir ses soft skills de façon naturelle, sympathique et/ou intéressante afin de remporter l’adhésion de ses clients potentiels. 

Les contenus backstages peuvent parfaitement remplir ce cahier des charges. Ces publications (vidéos, photos, articles, podcasts, lives) authentiques laissent en effet entrevoir, en filigrane, les valeurs, les motivations, l’état d’esprit, la manière d’être ou encore la façon de penser de leur auteur. Plus crédible qu’un long laïus autopromotionnel, ce type de post permet de dévoiler sa personnalité, sans trop en faire. Un must.

# 2 Nouer un lien de confiance de potentiels clients

Cela va sans dire, internet est un outil incontournable lorsqu’il s’agit de trouver des clients en tant que freelance. Le seul hic, certains profils sur les plateformes de freelancing ou sur les réseaux sociaux manquent de relief, au point, parfois, de faire douter de l’existence réelle de leur propriétaire. 

Montrer son minois permet de donner une certaine densité à sa présence en ligne. De quoi rassurer ses clients potentiels et les convaincre de faire appel à ses services. L’idéal ? Distiller ses conseils de pro ou se mettre en scène en situation de travail, par exemple en illustrant son processus créatif via une vidéo Instagram Reels ou une Instagram Story. 

Cerise sur le gâteau, les freelances qui osent s’exposer laissent entendre qu’ils ont confiance en eux et maîtrisent leur sujet. De quoi paraître encore plus crédibles aux yeux de leurs interlocuteurs et prospects. 

# 3 Attirer une clientèle qualifiée

Documenter les coulisses de son quotidien ou de son parcours de freelance peut être intéressant pour les indépendants qui s’adressent à des consommateurs (B2C) ou à leurs pairs (formateurs et coaches). 

En révélant à leurs abonnés des aspects personnels de leur existence, ces freelances créent un lien émotionnel avec leurs followers, alimentent un phénomène d’identification et renforcent leur pouvoir de prescription à l’égard de leur communauté. 

Un freelance débutant aura ainsi davantage tendance à se procurer la formation d’un professionnel qui incarne — par son mode de vie par exemple — l’idéal qu’il souhaite atteindre. De même, un particulier en quête d’un coup de frais pour la décoration de son habitation se tournera naturellement vers un architecte d’intérieur dont il connaît et apprécie le style personnel.

 # 4 Mettre en valeur son expertise

Les vidéos, photographies ou encore podcasts backstages sont autant d’occasions, pour un freelance, de valoriser son expertise et ses compétences de façon digeste, personnelle et mémorable. 

Certaines publications permettent en effet de montrer, preuve à l’appui, l’étendue de ses compétences techniques, de ses soft skills, voire de ses talents. Les « sketchbook tours», qui fleurissent notamment sur YouTube, en sont un exemple. Dans ces vidéos, des illustrateurs révèlent le contenu de leurs carnets de croquis, expliquent leur manière de travailler et mettent en lumière toutes les nuances de leur style personnel.

# 5 Eduquer sa cible en prévision de futures collaborations

Bon nombre de freelances peinent à faire comprendre les tenants et les aboutissants de leur métier à leurs clients. De cela résultent parfois des difficultés pour faire accepter des tarifs cohérents ou encore obtenir des conditions de travail adaptées (notamment en termes de délais). 

Révéler à ses prospects les efforts qui se cachent derrière une prestation peut contribuer à résoudre cette problématique. Mais comment procéder ? Une créative avisée, repérée sur Instagram, nous fournit un exemple intéressant. Cette dernière présente, en quelques secondes seulement, toutes les étapes qui lui ont permis d’aboutir à un livrable et indique clairement le temps passé pour réaliser son œuvre. Simple et efficace.

Conclusion

Les 5 points qui précèdent vous ont convaincu de partager les backstages de votre activité de freelance (voire un peu plus) ? Avant de vous lancer, n’oubliez pas de définir votre stratégie avec précision. Pensez notamment à :

  • Bien identifier votre clientèle cible. C’est en effet à cette audience que vos publications seront destinées. En effectuant un travail de ciblage, vous éviterez de perdre du temps et de l’énergie à réaliser des contenus qui n’ont pas d’intérêt « business » pour vous.
  • Vous fixer des objectifs chiffrés. Choisissez des indicateurs qui vous permettront d’évaluer la réussite de votre stratégie. Attention, méfiez-vous des « vanity metrics » (vues, likes, abonnés… etc.) qui n’ont pas nécessairement un impact positif sur votre chiffre d’affaires. Privilégiez plutôt, par exemple, le nombre de prises de contact professionnelles pouvant découler sur des contrats.
  • Dressez une liste de contenus susceptibles de servir vos objectifs en matière de personal branding (illustrer vos compétences, mettre en valeur votre style, vous connecter avec votre audience… etc.) et tâchez de partager des contenus en accord avec ce fil directeur. De cette façon, vous éviterez l’écueil de la dispersion, mais aussi celui consistant à paraître hors de propos, voire peu professionnel. 

À vous de jouer.

Photo de couverture : Valery Tenevoy

Flore Campestrini
Rédactrice web

Amoureuse des mots, je suis rédactrice indépendante avec pour sujets de prédilection les thématiques culturelles, juridiques et entrepreneuriales. J’écris des textes qui intéressent votre audience et augmentent votre visibilité.

COMMENTAIRES

DANS LA MÊME CATÉGORIE

Lectures recommandées

Freelances, êtes vous bien couverts en cas de pépin ? Faites le points sur votre situation !




Avec le soutien bienveillant de



Like Amédée

Retrouve Amédée sur

Les derniers Tweets

Qui est Amédée ?