Crise sanitaire : vers un boom du recours au freelancing ?6 minutes de lecture

Habitués au télétravail, agiles par nature, flexibles et digitalisés, face à la crise, les freelances tirent leur épingle du jeu…

Autrefois considérée comme une minorité aux méthodes de travail extravagantes, la secte de « travailleurs en pyjama » compte aujourd’hui de plus en plus d’adeptes. Loin de calmer les ardeurs des entrepreneurs, la crise sanitaire a eu sur le freelancing un effet accélérateur. Il faut dire qu’avec la normalisation du télétravail, l’écart entre salarié et freelance est réduit à peau de chagrin. Et pour les entreprises quelle différence, si ce n’est une réduction des risques et des charges ?

Alors, le freelancing, grand gagnant de la crise ? On fait le point.

Freelance : une communauté en plein boom !

Avec pas moins de 1 028 000 freelances en France (+ 92% en 10 ans), le freelancing affiche une croissance à faire pâlir le salariat. En à peine 10 ans, le nombre de freelances a explosé les compteurs. Et ce n’est pas près de faiblir… 

Le freelance a le vent en poupe, tandis que le salariat semble de plus en plus déprécié. Déjà, les jeunes de la génération Z, accordent moins d’intérêt au CDI que les générations passées (79% des Z s’y intéressent contre 86% des Y) et la moitié de la génération Z « estime que le CDI a vocation à disparaître » au profit de modes de travail plus souples et autonomes. Et, lorsqu’on les interroge, les travailleurs de demain n’ont qu’une seule ambition : être son propre patron.

Alors, demain, tous freelances ? N’exagérons rien. Mais on assiste à un changement de tendance. Aujourd’hui, rien ne compte plus que la flexibilité des horaires et du lieu de travail (une attente que partagent 73% des jeunes Z). Or, précisément, la libre gestion de son emploi du temps est la principale motivation du passage au freelancing !

La crise va-t-elle calmer les ardeurs de ces travailleurs idylliques en quête de liberté ? Non, répond une étude BCG x Malt du 29 juin 2020. Certes, 72% des freelances ont vu au moins une mission annulée avec le confinement. Mais la très grande majorité (78%) affirme avoir “bien” ou “très bien” vécu le confinement en termes de santé mentale et de communication avec ses clients. Résultat ? 84% des freelances assurent vouloir le rester !

L’accélération de la digitalisation au profit des freelances

Depuis longtemps, les freelances ont adopté les méthodes de travail flexibles et agiles qu’offre aujourd’hui la digitalisation. Et ce n’est pas par hasard s’ils ont très largement investi les métiers du numérique. C’est dans le secteur du digital qu’ils sont le plus représentés.

C’est aussi dans ce domaine que les freelances ont le moins souffert de la crise. La fermeture forcée de nombreux commerces physiques a conduit les entreprises à surinvestir le digital, et pour longtemps. E-commerce, référencement SEO, création de site web, ces nouvelles requêtes ont largement alimenté les branches Tech-Data et Communication-Marketing du freelancing.

Télétravail : salarié ou freelance, quelle différence ?

À la différence des salariés, les freelances n’ont pas attendu la crise sanitaire pour découvrir les avantages du télétravail. Avant les différents épisodes de confinements, ils passaient déjà la majorité  de leur temps de travail (59%) depuis leur domicile. Un modèle d’organisation hybride qui tend à se profiler pour un grand nombre d’entreprises

Or, avec la démocratisation du télétravail, salariés et freelances se sont retrouvés plongés dans le même bateau. La crise a donc réduit l’écart entre les statuts de salarié et freelance. Employeurs et employés ont, pour la première fois, expérimenté le travail ‘‘full remote’’. Et, de cette expérience, a émergé une véritable prise de conscience : rigueur, performance et télétravail sont 100% compatibles. 

Alors, à compétences égales, lorsque salariés et freelances sont en télétravail, quelle différence ? A priori pas grand-chose, si ce n’est qu’au moment de faire le bilan, le freelance présente l’avantage de coûter moins cher et de faire courir moins de risques à l’entreprise…

Réduction des coûts et des risques : les freelances à la rescousse !

A ces phénomènes s’ajoutent les politiques de gel des recrutements. Un détonnant cocktail qui conduit nécessairement les entreprises à se tourner davantage vers les freelances.

Plus volatile et incertain que jamais, le contexte actuel pousse en effet les entreprises à privilégier les engagements de courte durée, flexibles et à faibles risques. Or, qui mieux que le freelance pour répondre à cette demande ? Et quel meilleur levier que le freelancing pour relancer la machine économique ? Déjà, en 2019 une étude Malt révélait que 75% des entreprises du CAC 40 faisaient régulièrement appel à la force de travail des freelances. Une tendance qui s’est considérablement accélérée avec la crise sanitaire…

Un phénomène loin d’être passager, selon cette étude.

Cette nouvelle force de travail en plein boom n’est pas une simple ressource. Les freelances “pollinisent” auprès de leurs clients des méthodes de travail, des pratiques, des compétences nouvelles, une culture et des valeurs.

Alors verdict ? Les freelances, grands gagnants de la crise ? Pas tous malheureusement ! Derrière le côté « shining » du freelancing, nombreux sont encore ceux qui ont gravement souffert de la crise. Reste que les rangs de cette communauté continuent à grossir. Et on peut espérer que plus ils seront nombreux, plus ils seront considérés et socialement protégés

Gabrielle de Loynes
Rédactrice Print – Web, & Photographe Freelance

Je rédige des articles et des reportages pour la presse et les entreprises. Mes sujets de prédilection sont les nouveaux modes de travail, l’écologie, lifestyle et la spiritualité.

COMMENTAIRES

DANS LA MÊME CATÉGORIE

Lectures recommandées

Le freelance est-il antifragile ?

L'antifragilité est une propriété des systèmes qui se renforcent lorsqu'ils sont exposés à des facteurs de stress, des chocs, de la volatilité, du bruit, des...

Freelances, êtes vous bien couverts en cas de pépin ? Faites le points sur votre situation !




Avec le soutien bienveillant de



Like Amédée

Retrouve Amédée sur

Les derniers Tweets

Qui est Amédée ?