Pas de crédit pour les freelances…pour combien de temps encore ?6 minutes de lecture

L’écosystème freelance français est en constante évolution depuis quelques années. Cette dynamique a ouvert la voie à la création de nombreux services pour les freelances : assurances, aide administrative, recherche de mission… Seul un service reste encore fermé aux freelances : l’accès au crédit. Pour combien de temps ?

Accès au crédit : freelance vs salarié

« Votre statut d’indépendant ne nous permet pas de donner une réponse favorable à votre demande ». C’est sûrement ce que vous a répondu votre banquier lors de votre demande de financement. Qu’il s’agisse d’un crédit pour développer votre activité, de vous protéger contre un mauvais mois ou d’un projet personnel, votre statut d’indépendant est toujours une véritable barrière. Votre chiffre d’affaire est variable et vous n’avez pas de fiche de paie. À l’inverse d’un salarié qui obtiendra le même crédit avec un revenu deux fois inférieur avec de meilleures conditions dans n’importe quelle banque.

Marc, designer freelance, explique “J’ai essayé d’obtenir un crédit, mais la banque n’a pas été capable de considérer mes différentes sources de revenu. Ma demande a donc été refusée”. 

Sylvie, consultante freelance affirme que sa banque lui a demandé “un prévisionnel sur 3 ans pour obtenir un crédit de 3000€”.

Mais pourquoi les banques refusent-elles le crédit aux freelances ?

Pour comprendre le problème, il faut se plonger dans quelques éléments historiques et techniques. Le 20e siècle a consacré le salariat comme mode de travail dominant. Par conséquent les services développés dans nos économies ont été adaptés à ce mode travail. Les banques n’ont pas fait exception.

Le modèle de risque des banques déterminant votre éligibilité à un crédit a été conçu pour attribuer un financement à un salarié avec des fiches de paie, un revenu récurrent, venant d’un même employeur.

Par conséquent peu importe votre chiffre d’affaire, l’indépendant rentre difficilement dans le logiciel de la banque ce qui mène à un refus quasi-inévitable. En d’autres termes, le modèle traditionnel et actuel juge un poisson à sa capacité à grimper à un arbre.

Et pourtant, en 10 ans, le nombre de freelances a progressé de 120% et cette croissance continue de s’accélérer.

En effet selon une étude de Manpower Group, 45% des Millénials envisagent de devenir freelance. D’ici 2030, il pourrait y avoir entre 30 et 50% de freelances dans nos économies selon une étude réalisée par Upwork. Un énorme besoin est alors à combler et les banques traditionnelles ne souhaitent toujours pas s’y intéresser.

Un nouvel acteur sur le marché du crédit aux freelances.

C’est cette somme d’absurdités et d’opportunités qui nous a poussé à créer Mansa. Après être passé par l’incubateur TheFamily et avoir discuté avec des centaines de freelances, nous avons décidé de construire cette première offre.

Pour y arriver, nous avons eu l’ambition de réinventer intégralement le modèle bancaire traditionnel pour l’adapter au cycle financier d’un freelance. Mansa permet alors à chaque freelance peu importe sa profession, d’avoir accès à un crédit de 500€ à 10 000€ en moins de 10 minutes avec une inscription 100% digitalisée. Le crédit peut être utilisé pour tout type de besoin, professionnels comme personnels ou encore assurer vos arrières en cas de mauvais mois.

Nous avons déjà noué plusieurs partenariats avec des entreprises de l’écosystème freelance et comptons aujourd’hui 3000 inscrits qui attendent avec impatience (je l’espère) le lancement de cette nouvelle ère bancaire. Les premiers crédits seront financés à la fin du mois sur Mansa.

Ali Rami
CEO de Mansa

19 ans. CEO & Co-fondateur de Mansa. Je m’intéresse à la fintech, au futur du travail et à tout ce qui fait le lien entre les deux.

COMMENTAIRES

DANS LA MÊME CATÉGORIE

Lectures recommandées

Avec le soutien bienveillant de

Like Amédée

Retrouve Amédée sur

Les derniers Tweets

Qui est Amédée ?