Freelance, les 5 défauts que les clients détestent chez toi9 minutes de lecture

Comment faire fuir les clients à coup sûr  ? Drôle de question n’est-ce-pas ? C’est celle que nous avons posée ce mois-ci à 3 clients de freelances pour t’aider à prendre conscience de ces défauts qui peuvent te faire rater des opportunités.

Entre freelances, on parle beaucoup de nos clients. Il suffit de regarder le nombre d’articles qui leur sont consacrés sur Amédée, c’est un de nos sujets préférés.

Et pour cause, pas de client, pas de travail.

Pourtant, on leur donne rarement la parole. Alors que pour savoir ce que les clients apprécient ou non, il suffit de leur demander. C’est ce que nous avons fait avec 3 clients de freelances :

  • Thibault Barat, dirigeant de l’agence Eug & Jo spécialisée dans le conseil en relations publiques. Il travaille avec des freelances de différents métiers (designer, journaliste, rédactrice, réalisateur, etc.)
  • Emmanuel Bourcet, fondateur de la start up D’un Seul Geste qui développe des formations aux gestes de premiers secours en réalité virtuelle. Il s’est entouré de freelances sur plusieurs aspects de son entreprise (direction commerciale, design, office management, etc.)
  • Alexandre Legoux, recruteur de freelances chez Talent.io, plateforme de recrutement de profils tech.

Bien que d’horizons divers, quand il s’agit de dresser la liste des qualités les plus appréciées et des défauts les plus rédhibitoires, leurs avis convergent.

Embarquement immédiat : destination le cauchemar des clients de freelance.

LE FREELANCE PAR DÉFAUT

Rien de pire pour les clients que le freelance qui n’est pas investi dans ce qu’il fait. Celui qui n’a pas vraiment choisi d’être freelance mais qui a pris ce statut faute de mieux, en attendant de (re)trouver un job salarié par exemple.

Ou celui qui, par opportunisme, a vu dans ce statut un moyen de gagner plus d’argent, d’être libéré de toute contrainte, sans vouloir s’engager en retour.

Ce freelance là, va se contenter d’exécuter sans apporter de valeur ajoutée au client. Il va rester dans le cadre de la mission, dans sa zone de confort.

Et c’est tout l’inverse qu’attendent les clients. Ils veulent des freelances qui élargissent le champ des possibles, suffisamment investis et clairvoyants pour proposer des axes d’amélioration.

Pour le freelance, ne pas sortir du cadre de la mission initiale, c’est risquer de passer à côté d’autres opportunités de mission chez ce client.

LE FREELANCE TROP RIGIDE

Quel que soit le profil du client, il fait appel à un freelance pour répondre à un besoin immédiat. Il va donc rechercher une personne capable de prendre en main le sujet sans délai. 

Le freelance doit être un caméléon capable de s’adapter à son nouvel environnement rapidement car la relation qui se noue avec le client est une sorte d’osmose où le freelance apporte son expérience, son savoir-faire et s’imprègne de la culture de son client, de ses méthodes, ses outils. Un freelance hermétique qui n’assimile pas rapidement les codes de son client va perdre et va faire perdre à son client, temps et énergie et par conséquent perd une bonne partie de sa valeur aux yeux du client. 

Flexibilité, agilité, souplesse d’esprit, voilà les maîtres mots de l’état d’esprit attendu chez un freelance.

LE FREELANCE ET L’ARGENT

Ah l’argent, sujet sensible s’il en est que nos interviewés n’ont pas manqué d’aborder. Plusieurs points assez concrets ont été abordés alors attention aux pièges tout au long de la relation :

Première alerte : un TJM trop élevé par rapport au profil du freelance. Il faut savoir raison garder, si tu as peu d’expérience, il va être difficile d’afficher un TJM aligné sur celui des freelances reconnus dans ton domaine.

Deuxième point de friction : le devis gonflé. Tu ne connais pas ton client, tu as eu une précédente mauvaise expérience, tu es tenté d’assurer le coup en surestimant le temps nécessaire à la réalisation de la mission. Sauf que si ton client a de l’expérience ou s’il a interrogé plusieurs freelances, il le détectera. Pour la relation de confiance, on repassera.  C’est en prenant le temps de discuter en amont avec ton prospect que tu sauras où tu mets les pieds et comment travailler ensemble pour éviter de perdre du temps dans les aller-retours. Et si vraiment tu ne le sens pas, décline l’offre, c’est plus honnête.

Du même ordre : si tu demandes un acompte trop élevé avant de débuter la mission, tu ne crée pas un climat de confiance.

Enfin la facture de solde envoyée en même temps que le livrable (voire avant!) Ça donne l’impression que tu es si sur de ton coup que la possibilité d’une discussion n’est même pas envisagée.

Comme souvent avec l’argent, il est le reflet tangible de problèmes sous-jacents. Ce qui apparaît en filigrane de ces exemples, c’est en réalité des problèmes de communication. Rien d’insurmontable en somme.

LE FREELANCE QUI NE CROIT PAS EN LUI

“Pour Thibault,  demander les attestations, c’est un bon moyen de s’assurer que tu es pleinement freelance, que tu prends suffisamment ton projet professionnel au sérieux pour le protéger. “

Avant de débuter une mission, ton client peut te demander une attestation d’assurance RC pro, une attestation fiscale et une attestation URSSAF. En plus de se sécuriser (lire : pourquoi ton client te demande une RC pro) pour ton client, c’est un moyen de s’assurer que tu es pleinement freelance (cf premier paragraphe), que tu prends suffisamment ton projet professionnel au sérieux pour le protéger.

De même, une facture sans mention légale (ou pire envoyée sous format modifiable) donne une image bien peu professionnelle (c’est quoi les mentions légales : lire Bien gérer sa facture en freelance) .

Ton client va réfléchir à deux fois avant de te confier des projets s’il sent que tu négliges ta  propre entreprise.

De plus, tu perds ton rôle de facilitateur si tu l’obliges à te demander de corriger tes factures. Être freelance, ce n’est pas qu’être bon dans son métier, c’est ausssi être bon sur tous les aspects d’une entreprise.

Un autre aspect à ne pas négliger : la veille et la formation. Un freelance qui n’est pas aux faits des évolutions de son métier ou de son statut, qui ne maîtrise pas les nouveaux outils ou les nouvelles techniques renvoie une image d’amateurisme, pas vraiment intéressé par ce qu’il fait. 

Pour l’exemple, un freelance travaillant avec Thibault s’est formé à une nouvelle technique qui a permis à l’agence de proposer un service supplémentaire à ses clients. Le freelance en se formant s’est assuré des missions supplémentaires auprès de ses clients existants.

LE FREELANCE QUI MANQUE DE MATURITÉ

Certes la valeur n’attend pas le nombre des années mais ce dernier défaut peut être à l’origine des précédents.

Les profils très juniors se lançant directement dans le freelancing, même s’ils sont bon techniquement, vont parfois pêcher côté communication et ne vont pas savoir se différencier.

“Alexandre souligne l’importance d’avoir déjà quelques années d’expériences avant de se lancer en freelance, ne serait-ce que pour maîtriser les  codes du monde du travail.”

Un profil junior risque également de voir le projet par le petit bout de la lorgnette là où un freelance avec plus d’expérience va l’appréhender dans sa globalité et s’intéresser aux autres facettes et enjeux de l’entreprise.

Un autre reproche que l’on peut attribuer au manque de maturité est un certain manque d’humilité. Un client ou un recruteur qui te donne des conseils a envers toi une démarche bienveillante, il te consacre du temps et de l’énergie. Si tu lui fais sentir en retour que ça ne t’intéresse pas ou pire que tu te braques, tu mets à mal la relation de confiance qui, tu l’auras compris si tu es arrivé jusqu’ici, est ce que tu as justement besoin d’établir et préserver pour mener à bien ta mission et asseoir ta réputation.

Un freelance s’enrichit par l’échange et les expériences.

Alors t’es-tu reconnu dans certains traits dessinés ici ? As-tu déjà demandé à tes clients des feedbacks sur ces sujets ? Leur accordent-ils de l’importance ? 

Envie de te remonter le moral ?  va voir si tu as les 5 qualités recherchées par les clients

Photo de couverture : Photo by Ryan Franco on Unsplash

Rachel Pierre
Office manager freelance

Office manager freelance, j’accompagne mes clients dans le développement de leurs projets en optimisant l’organisation de leur entreprise. Curieuse, j’aime la découverte, le partage & me lancer de nouveaux défis.

COMMENTAIRES

DANS LA MÊME CATÉGORIE

Lectures recommandées

Avec le soutien bienveillant de

Like Amédée

Retrouve Amédée sur

Les derniers Tweets

Qui est Amédée ?