Freelances, automatisez votre veille6 minutes de lecture

Mener une veille est indispensable, mais chronophage. Amédée vous donne quelques conseils pour automatiser le processus.

Dans n’importe quel domaine d’activité, mener une veille c’est important. Il peut s’agir de rester informé sur ce que font ses concurrents, de surveiller sa e-réputation, de se tenir au courant des évolutions de son secteur, de trouver des sources d’inspiration, etc. Faire sa veille, c’est rester connecté au monde, ne pas s’enfermer dans sa bulle de tâches quotidiennes qui peuvent vite faire perdre toute perspective. 

Mais c’est aussi chronophage, surtout si l’on continue de s’en remettre à la bonne vieille méthode du “pull”, c’est-à-dire d’aller chercher soi-même les informations qui vous intéressent. Ajoutez à ça les multiples sites sur lesquels votre veille doit s’effectuer (médias, réseaux sociaux, blogs spécialisés, etc.), et vous risquez d’y passer un temps déraisonnable. Or le freelance que vous êtes sait à quel point il est important d’optimiser votre temps de travail. Amédée vous a donc préparé une série de conseils pour automatiser votre veille et laisser les outils faire le boulot pour vous.

DÉFINIR SES OBJECTIFS DE VEILLE

La première étape, c’est de définir sur quoi va porter votre veille. Si vous êtes dans un secteur très compétitif, vous aurez besoin de surveiller l’actualité de vos concurrents et la sortie de nouveaux produits et services commerciaux sur votre marché. Les freelances créatifs voudront rester au courant de ce qui se fait de plus intéressant et innovant en photo, vidéo, graphisme, etc., et être à l’affût de tutoriels et formations. Les rédacteurs de mon espèce, constamment à la recherche d’idées de sujets, devront mener une veille qualitative sur les médias et réseaux sociaux. Vous pouvez aussi avoir un besoin de communication, pour montrer à de potentiels clients que vous êtes au fait de ce qui se passe dans votre secteur. Si vous êtes influenceur, vous pouvez aussi vous focaliser sur votre e-réputation. Ou vous pouvez vouloir faire un peu de tout ça. 

Réfléchissez également à ce que vous comptez faire de cette veille : s’agit-il de collecter des infos juste pour vous ? Allez-vous les partager avec une équipe ? Voulez-vous les relayer sur vos réseaux sociaux, en tirer des insights pour écrire des posts sur Medium, les utiliser pour faire un benchmark pour vos clients ?

Les réponses à toutes ces questions vont déterminer votre stratégie d’automation, et donc les outils que vous allez utiliser.

LES OUTILS DE VEILLE

Commençons par le plus connu et le plus simple des outils de veille : Google Alerts. Il est gratuit et vous permet de créer une alerte sur des mots-clés et expressions, pour être tenu informé lorsque du contenu susceptible de vous intéresser est publié sur le Web. Cela implique, bien sûr, de bien définir les mots les plus pertinents pour vous : cela peut être votre nom ou celui de votre entreprise, celui d’un produit dont vous guettez la sortie, éventuellement un thème assez précis, mais les mots trop vagues vous seront d’une piètre utilité. Les résultats peuvent ensuite vous être envoyés par mail (vous choisissez la fréquence).

Un autre outil très utile pour la veille, c’est un agrégateur de flux RSS comme Netvibes ou Feedly, qui permet de se tenir au courant de l’actualité de sites et blogs bien précis (par exemple, pour mon activité de rédactrice spécialisée dans l’innovation, c’est important de suivre ce que publient des Wired ou The Verge). Vous disposez alors d’une page personnalisable sur laquelle s’affichent les nouveautés des sites sur lesquels vous avez décidé de concentrer votre veille. Là encore, cela exige de passer un peu de temps sur la définition et hiérarchisation de vos sources.

Pour le suivi des réseaux sociaux, les outils les plus largement utilisés sont Tweetdeck et Hootsuite. Comme son nom l’indique, le premier est exclusivement réservé à Twitter. Il est beaucoup utilisé par les community managers qui doivent gérer plusieurs comptes et/ou programmer des posts, mais il est aussi très utile pour créer des collections de tweets. La fonctionnalité “Colonnes” permet ainsi de séparer la timeline en différents fils personnalisés (mentions, résultats d’une recherche, hashtags, etc.). Hootsuite, lui, est un tableau de bord qui gère vos publications, mais aussi votre veille, sur Facebook, Twitter, Linkedin, Youtube, Google Plus, Instagram, etc.

LES OUTILS D’AUTOMATISATION DE LA VEILLE

À ce stade, le nombre d’outils vous fait peut-être paniquer, et vous vous dites que vous allez passer un temps fou à éplucher vos alertes mail, votre agrégateur RSS et les tweets et posts remontés par votre app de gestion des réseaux sociaux. C’est là qu’entrent en jeu les outils d’automation comme IFTTT ou Zapier. L’un comme l’autre sont gratuits. Ils permettent de lier vos applications entre elles et de programmer des actions de manière automatique. Par exemple, vous pouvez demander à ce que vos Google Alerts — ou les tweets mentionnant votre nom, ou certains hashtags, ou vos flux RSS — soient compilés dans une feuille Google Sheets, ou envoyés par direct message ou sur Slack. Tout atterrit ainsi au même endroit, quelle que soit la source de l’information.

La beauté de IFTTT et Zapier, c’est que votre veille peut même directement être convertie en un article, avec un minimum d’étapes manuelles : l’agence de webmarketing Staenk explique la marche à suivre, qu’elle a adoptée pour son blog. Intéressant si vous voulez partager votre veille sur un blog, mais aussi sur vos comptes sociaux. La prise en main peut sembler un peu lourde, mais une fois tous les réglages faits, vous n’aurez plus qu’à laisser les outils faire le travail.

N’oubliez pas tout de même que, pour que cette veille soit vraiment utile, il faut vous l’approprier. Dans un article assez complet sur la veille, le consultant SEO WordPress Florian Zorgnotti conseille ainsi de faire un tri progressif dans les infos qui remontent, pour retenir les plus importantes et en faire une synthèse tous les mois. “Cela vous permettra de dégager des tendances, de trouver l’inspiration pour vos articles du mois suivant ou d’anticiper des évolutions dans les attentes des consommateurs.” Bref, de tirer le meilleur profit du travail que les machines ont fait pour vous !

Philothée Gaymard
Journaliste indépendante

Je suis journaliste et rédactrice freelance depuis tout début 2015, après quatre ans passés chez Usbek & Rica. J’écris sur le genre, l’innovation, le développement durable et parfois un mélange de tout ça.

COMMENTAIRES

DANS LA MÊME CATÉGORIE

Lectures recommandées

Les sept temps du freelance

Administratif, vente, communication, veille, formation, networking et… production, comment articuler ces différents temps du métier de freelance ?...

Freelance cherche routine

La routine n’a pas bonne presse. Lénifiante, anesthésiante, et même corrosive, on l’accuse de tous les maux : elle éteint nos carrières, fane nos amours, délave nos...

Avec le soutien bienveillant de

Like Amédée

Retrouve Amédée sur

Les derniers Tweets

Qui est Amédée ?