Freelances, devenez formateurs pour pérenniser votre activité6 minutes de lecture

En parallèle de leur activité de prestation de services, certains freelances valorisent leurs expertises à travers la formation et l’enseignement. Fabien, Morgane et Joseph nous racontent ici comment cette activité leur a permis de développer leur business.

La formation comme porte d’entrée chez le client

Fabien (co-fondateur de There Is No Spoon), a commencé à proposer des formations en 2014 soit 3 ans après s’être lancé en freelance. J’ai commencé sur une opportunité, l’équipe pour laquelle je venais de réaliser une prestation d’UX pour une application mobile souhaitait monter en compétences sur ce sujet, et ils m’ont demandé de leur dispenser une formation en ce sens.

L’année suivante, une autre opportunité arrive, Sup Career, école de commerce en alternance du groupe INSEEC cherche quelqu’un pour donner des cours en management de projet et en innovation. Fabien répond à l’annonce avec succès. Ce cour a rapidement évolué vers un atelier pratique d’entrepreneuriat, genre Startup Week End sur 30h de cours. Que ce soit dans le cadre académique ou dans le cadre corporate, j’essaie de rendre mes formations les plus pratiques et engageantes possible dans l’esprit de la pédagogie active.

Fabien a su faire de la formation corporate un puissant levier d’acquisition. Les formations que je dispense en entreprise (entre ½ journée et 3 jours) débouchent souvent sur des missions d’accompagnement. Elles me permettent de faire connaissance avec mon client, elles m’offrent l’occasion de leur montrer ce que nous pourrions faire ensemble, elles m’aident à approcher les décisionnaires, elles jouent finalement un rôle crucial dans ma stratégie d’acquisition, c’est mon petit cheval de Troie.”

À côté des formations corporate, l’enseignement s’avère aussi une source de leads intéressante. Les élèves de Fabien étant en alternance et en fin de cursus, il arrive qu’ils deviennent ensuite ses clients ou ses prescripteurs. Ils lui ont déjà apporté 4 contrats.

La formation pour s’assurer une base de revenus réguliers

Morgane, quant à elle, a commencé à donner des formations il y a quatre ans. Elle avait à ce moment-là 3 ans d’expérience comme graphiste / illustratrice freelance. En partenariat avec Mutinerie, l’espace de coworking où elle travaille à l’époque, elle conçoit la Mission Gutenberg, une formation de trois jours à la suite Adobe. En immersion complète, à Mutinerie Village, cette formation rencontre un succès immédiat. Elle sera rééditée une vingtaine de fois et lancera la “carrière” de formatrice de la jeune femme. Elle enseignera ensuite à l’université de Cergy, à l’université de Créteil, à Neoma Business School et à Sup Career.

La formation représente aujourd’hui autour de 30% de mon chiffre d’affaires (pour environ 200 heures de cours par an – hors préparations et corrections), un complément de revenu substantiel et constant qui m’offre une plus grande liberté dans le choix de mes missions et de mes clients. À cela, il faudrait ajouter les nombreux clients que lui ont apporté ses formations. Morgane estime qu’un tiers de ses clients sont arrivés par ce canal.

La formation pour faire rayonner son expertise

Le cas de Joseph est différent. Lui a carrément commencé par la formation. C’est en développant son blog Canim Istanbul (genre de My Little Paris stambouliote) qu’il s’est fait la main sur les Facebook Ads. Le sachant bien calé sur la question, plusieurs personnes ont demandé à Joseph de les former à l’outil publicitaire. C’est ainsi qu’il se retrouva prof… D’abord dans des espaces de coworking, puis, de fil en aiguille, il se fait connaître et finit par donner des cours en école (HETIC, SKEMA Business School, EM Grenoble, HEC).

Une fois son expertise établie, il s’oriente vers des prestations de mise en place et de gestion de campagnes publicitaires, puis se met à créer du contenu sur le sujet, jusqu’à lancer son propre podcast. Il continue aujourd’hui à faire quelques formations ponctuelles et propose désormais une formation ligne. La formation représente aujourd’hui entre 15% et 20% de son chiffre d’affaires, un ratio que Joseph juge satisfaisant.

Au-delà des revenus générés, la formation crée de nombreuses opportunités. Certains de ses élèves se sont transformés en clients, d’autres en partenaires… Enseigner dans des institutions de premier plan a clairement renforcé la légitimité de Joseph. La formation et l’enseignement représentent un énorme boulot au départ ; j’en avais sous-estimé l’ampleur… Mais maintenant, ça ne me prends plus beaucoup de temps. C’est devenu un actif au service de mon business.

Photo de couverture Priscilla Du Preez
Photo #2 Edwin Andrade

Antoine van den Broek
Rédacteur en chef d’Amédée

Indépendant, frère-fondateur de Mutinerie, penseur, acteur et témoin des nouvelles formes de travail, passionné par le développement de communautés, j’aime faire des rencontres et raconter des histoires, deux activités auxquelles je peux me livrer par la grâce d’Amédée

COMMENTAIRES

DANS LA MÊME CATÉGORIE

Lectures recommandées

Comment on apprend à devenir freelance

Les organismes de formation supérieure se sont jetés sur l’entrepreneuriat mais restent lents à inclure le travail indépendant dans leurs formations. Résultat, les...

Avec le soutien bienveillant de

Abonnement

Like Amédée

Retrouve Amédée sur

Les derniers Tweets

Qui est Amédée ?