La semaine de 4h pour les freelances7 minutes de lecture

Travaillez moins, gagnez plus et vivez mieux ! Voilà la promesse que nous fait Tim Ferriss dans ce grand classique de l’entrepreneuriat et du développement personnel. Bien que ce livre n’ait pas été écrit spécifiquement pour les freelances, ses enseignements sont particulièrement adaptés aux travailleurs indépendants.

Dans son livre, Tim Ferriss nous invite à remettre les concepts de temps et d’argent à leur place.

Au lieu de travailler comme un chien pendant des années en espérant peut-être un jour obtenir la fortune qui nous permettra de profiter de la vie, l’auteur nous invite à nous dégager du temps dès aujourd’hui.

Pour libérer un maximum de notre temps, il faut commencer par arrêter de le vendre.

C’est bien beau sur le papier, mais comment procéder ?

Cela implique déjà de quitter le salariat, car cette modalité du travail ne nous permettra pas d’aller vers une réduction de notre temps de travail. Un salarié très productif sera primé et promu, il gagnera plus d’argent, mais pas plus de temps.

Il est fort peu probable d’entendre votre boss vous dire : “bravo Sarah, vous avez été d’une efficacité remarquable, nous avons décidé de vous accorder votre vendredi et votre jeudi après-midi pour que vous puissiez vous adonner à votre passion de la mosaïque et obtenir votre ceinture noire de taekwondo.” 

Sarah risque plutôt d’entendre quelque chose du genre : “Sarah, nous sommes fiers de vous, vous êtes l’avenir de la COGIP, nous avons décidé de vous élever au rang de Senior Manager. Vous aurez désormais 20 personnes sous votre responsabilité et une augmentation de 1500€ brut par mois. Ne me remerciez pas Sarah, c’est tout naturel”.

En entreprise, la variable d’ajustement est toujours le salaire, jamais le temps de travail (en tous cas, pas vers le bas…)

Et si un jour Sarah s’aventurait à demander au big boss de passer aux 4/5eme pour libérer un peu de temps pour sa mosaïque et son taekwondo, il est peu probable qu’elle reçoive un accueil enthousiaste. Elle aura plus probablement droit à ça : “Écoutez Sarah, je ne comprends pas, vous n’êtes plus motivée ? Vous voulez une augmentation, c’est ça ? Je vous vois venir… Vous avez un bel avenir chez nous, vous savez. Nous avons beaucoup investi sur vous Sarah, ce n’est pas le moment de faiblir, pourquoi saborder tous ces efforts au moment même où vous commencez à en récolter les fruits… Nous comptons sur vous ! Aller, au travail.”

Selon Tim Ferriss, il est plus simple de s’organiser pour travailler moins et avoir plus de temps à consacrer à ses passions que de tout miser sur une éventuelle carrière passion probablement saturée. Combien de personnes rêvent d’écrire un roman ou de sortir un album ? Combien parviennent réellement à en vivre ?

Pour atteindre cet objectif, Tim Ferriss propose une méthode en quatre temps. La méthode DEAL : Definition – Elimination – Automation – Liberation.

Definition

Commencez par définir le nombre d’heures que vous souhaitez avoir de disponibles pour vos loisirs, déduisez-en le nombre d’heures que vous pourrez consacrer au travail. Déterminez votre revenu cible. Déduisez-en le revenu horaire qu’il vous faudra viser. Ça y est, vous avez un but clair et concret.

Cet objectif vous paraîtra peut-être ambitieux, mais il l’est sans doute moins que l’objectif de gagner 10 millions d’euros d’ici 10 ans, et c’est une dynamique plus saine, car vous n’avez pas à attendre avant de vivre votre vie.

Elimination

Deuxième étape : l’élimination. L’objectif est de faire ce qu’il faut pour perdre le moins de temps possible. Tim Ferriss partage plusieurs conseils pratiques :

  • Procédez par batch. En d’autres termes, réunissez un maximum d’activités similaires sur un même temps de travail. Essayer de réunir vos temps d’écriture par exemple. Concentrez le travail administratif sur une grosse journée. Bloquez des jours entiers où vous n’allez faire que du développement web ou la création graphique ou du montage vidéo… Certaines personnes font même du batch cooking : le dimanche après-midi, ils préparent tous les repas de la semaine afin de ne plus avoir à y passer du temps.

    Vous avez compris l’idée. Le but est de limiter au maximum les temps de transitions entre chacune de ces activités. En plus d’être chronophage, ces frictions ont tendance à nous taper sur le système. Cette idée est développée dans le livre de Cal Newport : Deep Work, que nous vous recommandons.
  • Avant de finir votre journée de travail, écrivez la todo-list du lendemain. Cela vous aidera à ne rester concentré sur les priorités immédiates.
  • Obligez-vous à arrêter votre journée de travail à une heure fixe. Cela aura un impact positif sur votre productivité.
  • N’ouvrez pas vos réseaux sociaux et ne consultez pas l’actualité.
  • Regardez vos mails deux fois par jour maximum.

Évitez les meetings. C’est aussi l’un des conseils donnés par Jason Fried dans Rework.

Automation

Troisième étape, automatisez un maximum de tâches. Il existe aujourd’hui de nombreux outils pour automatiser toutes sortes de tâches : prise de rendez-vous et gestion du planning, veille stratégique, marketing, CRM et mailing… Passez-y du temps maintenant pour ne plus avoir à y penser plus tard.

L’auteur nous invite aussi à déléguer un maximum. Pas si facile de sous-traiter en freelance, mais ça reste possible. Commencez par faire la liste des tâches que vous aimeriez sortir de votre calendrier et voyez si vous pouvez les faire réaliser par quelqu’un d’autre. Même si cela vous coûte cher, c’est peut-être une étape vers la réalisation de votre objectif de salaire horaire moyen.

Liberation

Vous pouvez maintenant commencer à vivre la vie que vous avez décidé de vivre. Vous n’avez pas à attendre une hypothétique fortune à venir. Bien entendu, cet état n’est pas un état statique. Avec le temps, vos envies comme vos contraintes (enfants…) vont évoluer et il faudra adapter votre planning en conséquence. 

Maintenant, au travail… mais avec modération.


Photo de couverture :
Toa Heftiba
Photo #2 : Jon Tyson

Antoine van den Broek
Rédacteur en chef d’Amédée

Indépendant, frère-fondateur de Mutinerie, penseur, acteur et témoin des nouvelles formes de travail, passionné par le développement de communautés, j’aime faire des rencontres et raconter des histoires, deux activités auxquelles je peux me livrer par la grâce d’Amédée

COMMENTAIRES

DANS LA MÊME CATÉGORIE

Lectures recommandées

Y a-t-il un âge pour être freelance ?

La question de l’âge revient souvent chez les personnes qui aspirent à se lancer en freelance. Suis-je trop jeune ? Trop vieux ? Est-ce que je pourrai faire ça tout...

Avec le soutien bienveillant de

Like Amédée

Retrouve Amédée sur

Les derniers Tweets

Qui est Amédée ?