Les meilleures retraites workation pour freelances7 minutes de lecture

Les retraites de workation fleurissent un peu partout dans le monde pour faciliter la vie des freelances en vadrouille : voyager et travailler en même temps n’a jamais été aussi facile. Digital nomades, Amédée vous aide à débroussailler vos options.

En 2020, près de la moitié des travailleurs américains effectueront au moins une partie de leur travail à distance. À mesure que se développe un mode de vie dans lequel les freelances voyagent et travaillent en même temps, commencent à fleurir de nouveaux modes d’hébergement. 

Les retraites workation pullulent, ce qui rend notre tâche difficile : impossible d’en faire une liste exhaustive qui réponde aux besoins de tous les travailleurs indépendants en quête de lieux où poser leurs valises et leur ordinateur.

On s’est donc concentrés sur des réseaux de lieux de coliving et des expériences un peu inédites. Le point commun entre toutes ces options, c’est qu’elles envisagent la workation comme une expérience collective, un coworking qui devient coliving. Si vous avez envie de rencontrer d’autres digital nomades et entrepreneurs au cours de vos voyages, voire trouver de nouvelles personnes avec qui monter des projets, cette liste est faite pour vous. 

Si vous êtes un peu plus sauvage, on a tout de même quelques idées pour vous en fin d’article.

LES PLATEFORMES DE COLIVING (DE LUXE)

Vous envisagez de partir longtemps et d’explorer plein d’endroits différents ? Il est peut-être judicieux de regarder du côté des entreprises qui disposent d’un réseau de résidences de workation. C’est le cas d’Outsite, fondé par l’entrepreneur belge Emmanuel Guisset, qui a aujourd’hui une quinzaine de maisons de “coliving” dans le monde. 

L’idée : passer ses vacances dans une maison conçue pour répondre aux besoins des travailleurs nomades. 

Emmanuel Guisset a commencé à y réfléchir alors qu’il voyageait en Amérique du Sud, au Mexique et aux États-Unis, et avait du mal à trouver des endroits où travailler. “Parfois il n’y avait pas d’espace de travail dédié ou d’internet, parfois les chambres n’étaient même pas propres, les hôtels étaient trop chers pour y rester longtemps et les auberges de jeunesse pas vraiment dans ma tranche d’âge”, raconte-t-il à CNBC. 

D’où l’idée d’ouvrir des lieux qui permettent aux digital nomades de trouver le tant espéré équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée, tout en rencontrant d’autres voyageurs dans la même situation. Les maisons sont belles, dans des emplacements prisés, souvent proches de la nature, et pourvues bien sûr d’un WiFi performant.

C’est où ? Un peu partout : Outsite a neuf maisons aux États-Unis, et existe aussi en France, en Indonésie, au Costa Rica, au Chili, au Portugal et en Suisse.

Combien ça coûte ? $149 par an pour être membre et avoir accès à des tarifs préférentiels ou $399 à régler en une seule fois pour être membre à vie

Pour les non-membres, les prix varient de $30 à $120 la nuit, selon les lieux.

Des concurrents ? Le workation étant très tendance, Outsite a évidemment plusieurs concurrents. Voici les principaux : 

  • Selina n’est pas destinée qu’aux digital nomades, mais certains de ses logements sont assortis d’un espace de coworking. La plateforme opère dans à peu près toute l’Amérique latine et au Portugal.
  • Les grandes enseignes du tourisme s’y mettent aussi. Pour preuve, Club Med propose également des Work Hubs dans ses villages-vacances.

LES VOYAGES ENTRE FREELANCES

Un peu dans la même veine que le bateau-coworking, il est possible de participer à des voyages organisés pour les freelances. C’est ce que fait la danoise Refuga qui embarque des entrepreneurs et digital nomades pour des voyages (en Islande, au Népal ou en Tanzanie) et des retraites workation (en Italie, au Maroc, en Espagne). L’activité de Refuga a été mise en parenthèse pendant le Covid. Mais ils reprennent les workation dès mai 2022. 

Et pour encore plus d’idées de voyages insolites, il y a Hacker Paradise qui organise des voyages conçus pour les professionnels nomades qui veulent découvrir le monde sans pour autant s’arrêter de travailler. Vous pourrez ainsi avancer sur vos projets professionnels en semaine, et découvrir de nombreuses activités de loisirs le week-end. Et si vous souhaitez organiser votre emploi du temps et vos horaires autrement, vous êtes parfaitement libre. 

Les espaces de coworking et coliving sont donc des étapes obligées des voyages, qui peuvent vous emmener d’un bout à l’autre d’un continent ou des retraites bien plus courtes dans des villes du monde entier.

C’est où ? Partout dans le monde, avec des options sur le continent africain que peu d’autres proposent.

Combien ça coûte ? Ça dépend du lieu et de la durée, bien sûr. Pour une workation d’un mois, prévoyez entre $2200 et $2800. Si vous partez deux semaines, les tarifs se situent entre $1500 et $2000.

DES IDÉES DE WORKATION EN VRAC

Terminons avec une liste de workations qui valorisent davantage le travail individuel que la vie en communauté (même si, bien sûr, vivre avec les autres fait toujours partie de l’expérience).

En Allemagne, quelque part entre Berlin et Leipzig, Coconat est une grande et belle maison en pleine nature où venir travailler. Le dépaysement est total !

L’hébergement est un peu à la carte (pour une nuit ou un mois, en camping, en chambre individuelle ou partagée, demi-pension ou pension complète, etc.) et peut donc revenir pas très cher (à partir de 10€ la nuit).

En France, dans le Perche, Mutinerie Village propose des résidences de trois mois pour les freelances nomades qui souhaitent se poser pour expérimenter la vie en communauté et avancer sur leurs projets en compagnie d’autres travailleurs indépendants. L’hébergement coûte entre 400 et 500€ par mois tout compris. Pour rejoindre cette Résidence Verte, il vous faudra postuler.

Sun & Co, “première communauté de coworking et coliving sur la Méditerranée”, est une maison du XIXe siècle à Javea, au sud de Valence en Espagne. Située en bord de mer, cette location de vacances et de travail vous propose des prix plutôt cléments : à partir de 45 € par jour pour une chambre privée, 25 € pour une chambre partagée.

En Thaïlande, sur l’île de Koh Lanta, Koh Hub propose des packages de coworking et de coliving. Fermés à cause du Covid, ils reviennent en novembre 2022. 

Et l’Indonésie dans tout ça ? Destination de choix des digital nomades, Bali voit aussi fleurir ses retraites workation, comme l’espace de coworking Hubud, qui propose des packages avec des réductions auprès de tous les partenaires. Vous avez alors un accès illimité à internet, aux impressions, à un espace ouvert pour travailler, aux salles de réunion pour rencontrer des clients, etc. 

On s’arrête là, mais la liste continue.

LA WORKATION SANS HUMAINS… MAIS AVEC DES ANIMAUX

On s’éloigne un peu de la définition de la workation comme on l’entend. À savoir, le coliving entre freelances et le partage d’expérience. 

Ici, on s’adresse plutôt aux irréductibles solitaires et / ou nomades à petit budget : le site TrustedHousesitters peut être une bonne solution de workation à moindres frais, si vous aimez les animaux. La plateforme vous met en effet en contact avec des personnes qui cherchent quelqu’un pour vivre chez eux et s’occuper de leurs animaux pendant leurs vacances (je m’en sers régulièrement pour mes chats). 

Une fois les frais annuels payés, tout est gratuit. Le site fonctionne un peu comme un Airbnb, avec profils vérifiés, notes sur 5, etc. 

TrustedHousesitters existe dans de nombreux pays. Vous pourrez alors sélectionner les meilleures destinations de vacances et “vivre comme un local” : la promesse d’Airbnb, avec l’assurance qu’on n’est pas en train de contribuer à l’explosion des loyers. Si vous êtes amoureux des chats, des chiens, des lapins ou même des chevaux, c’est peut-être là que vous trouverez votre prochaine destination.

En prime, vous pourrez partir plus ou moins longtemps (longs ou courts séjours) en fonction des hôtes. 

C’est où ? Où vous voulez en théorie, mais la plateforme est particulièrement populaire en Europe, en Amérique du Nord et en Australie.

Combien ça coûte ? 179 € par an pour les sitters, ensuite tout est gratuit.

Philothée Gaymard
Journaliste indépendante

Je suis journaliste et rédactrice freelance depuis tout début 2015, après quatre ans passés chez Usbek & Rica. J’écris sur le genre, l’innovation, le développement durable et parfois un mélange de tout ça.

COMMENTAIRES

[fbcommentssync]

DANS LA MÊME CATÉGORIE

Lectures recommandées

Est-ce la fin du digital nomadisme ?

Depuis plus d'un an, la pandémie restreint les voyages et altère le mode de vie des freelances qui ont choisi d'être nomades. Pourtant, même s'il est en train de...

Freelances, êtes vous bien couverts en cas de pépin ? Faites le points sur votre situation !




Avec le soutien bienveillant de



Like Amédée

Les derniers Tweets

Qui est Amédée ?