Mozza, crème de freelances6 minutes de lecture

La dernière fois que j’ai vu Adrien, c’était, à la Freelance Fair, que j’organisais avec Mutinerie. Il était venu parler de Mangrove, une communauté de freelances nomades en quête d’une liberté partagée.

J’ai le plaisir de le recevoir aujourd’hui pour parler d’un autre de ses rejetons : Mozza, un collectif de freelances chevronnés, spécialisés dans la stratégie produit et le product design.

Informations générales

Depuis quand existez-vous ?

Mozza a vu le jour pendant l’été 2017. Avec Mangrove, j’avais rassemblé des freelances autour d’aspirations communes ; Mozza est apparu comme une manière de prolonger cette vision du collectif en y apportant des vraies opportunités de développement pour les freelances membres du collectif. Nous étions deux fondateurs : Maxime, plutôt orienté design, et moi sur la partie product et growth.

Quel est le chiffre d’affaires de Mozza en 2020 ? Prévisions pour 2021 ?

Pour la première fois, notre CA atteindra plusieurs millions en 2021. Il triple chaque année depuis qu’on a créé Mozza.

Sur quels métiers et quels secteurs opérez-vous ?

Nous sommes spécialisés sur la stratégie produit et product design.

Êtes-vous concentrés sur un territoire spécifique ?

Non. Nous travaillons avec des clients partout en Europe et aux États-Unis.

Mozza est-il matérialisé par une personne morale ? Si oui, de quel type (SAS, Coopérative, Association…)

Mozza est matérialisé par une SAS dont tous les employés ont soit des parts soit des BSPCEs.

Membres et culture

Comment rejoint-on Mozza ? (cooptation, candidature…)

Soit par cooptation, soit en nous contactant via le site.

Dans un cas comme dans l’autre, nous testons l’aspirant membre sur 2 missions différentes. Si à l’issue de ces 2 missions, tout le monde est satisfait, le freelance devient officiellement membre du collectif.

Combien de personnes compte Mozza ?

Mozza compte actuellement 25 freelances.

Y a-t-il différents niveaux d’intégration (cercles concentriques avec des membres centraux et des membres périphériques).

Il y a 4 niveaux d’implication :

  • Les partenaires qui réalisent une mission de temps en temps. Il s’agit par exemple d’experts souhaitant réaliser quelques prestations avec nous à côté de leur emploi en CDI.
  • Les membres qui consacrent entre 2 et 4 jours par semaine à des missions Mozza.
  • Les membres associés qui bossent à temps plein sur Mozza, que ce soit sur des projets clients ou des projets internes.
  • La burrata (dont je fais partie), constituée de 3 personnes dédiées exclusivement au développement du collectif. Notre objectif : offrir la meilleure expérience possible aux membres de Mozza.

C’est qui le boss de Mozza ?

Il n’y pas de boss au sens strict du terme. Chaque membre du collectif est libre de partir quand il veut et nous ne demandons pas à nos membres de travailler exclusivement pour le collectif. Chacun choisit les missions sur lesquelles il travaille, et peut faire évoluer son TJM. Il n’y a donc pas de lien de subordination.

Mais il y a une forme de leadership. Étant à l’origine du collectif, je joue naturellement aujourd’hui un rôle de leader. Cela est important pour la cohésion du groupe et à la cohérence du projet sur le long terme.

Avez-vous déjà eu à virer des membres ? Comment ça se passe ?

Non. Notre processus de sélection progressif nous a permis de ne jamais avoir eu à faire cela.

À quelle fréquence vous retrouvez-vous physiquement entre membres ?

Ceux qui veulent / peuvent se retrouvent une fois par mois pour un Mozza Day dans nos bureaux de Station F.

À côté de cela, nous nous retrouvons une fois par trimestre pour une retraite dans une belle villa, généralement à côté d’un sport de surf.

Si votre collectif avait un cri de guerre, quel serait-il ?

“Créons les produits qui façonneront le monde de demain.”  

Outils

Quels sont vos outils collaboratifs préférés ?

Slack, Notion, et Loom.

Utilisez-vous un software spécifique pour piloter les activités du collectif ? (natif, en Saas…)

Non.

Business et clients

Lorsqu’un deal est signé, qui met sa tête sur le billot ? (Qui signe ? Qui met sa responsabilité en jeu ?)

Mozza directement.

Est-ce la structure centrale qui encaisse et répartit ensuite l’argent entre les différents membres ? Ou : un membre qui encaisse et répartit l’argent avec les autres membres qu’il a fait travailler avec lui sur la mission ? Ou : chaque membre qui facture le client directement ? Ou encore autre chose ?

C’est Mozza qui fait directement face au client et qui redistribue ensuite aux freelances ayant travaillé sur la mission.

Avez-vous des commerciaux dédiés ?

Parmi les 3 membres de la burrata, il y a un membre travaillant spécifiquement sur l’aspect commercial.

Y a-t-il un modèle d’apport d’affaires ? Si oui, quel est le deal ?

Oui. Nous avons un système de commission dont le pourcentage varie (entre 5% et 15%) en fonction de la maturité du lead (de la simple mise en relation, au deal clé en main). Ce système de commission concerne uniquement les membres du collectif Mozza.

Comment réagissent les prospects / clients à l’idée de travailler avec Mozza ? Qu’est-ce qui les inquiète, qu’est ce qui les attire ? Avez-vous vu les comportements évoluer à cet égard ?

Nos clients sont généralement familiers de ce genre de manière de faire, ils nous connaissent ou ont entendu parler de nous. Ils nous font confiance et nous n’avons pas à faire de pédagogie.

Avec quels types de clients travaillez-vous (Startups, PME, grands groupes, agences…) ?

100% de nos clients sont des start-ups. C’est le type de mission qui nous fait vibrer et c’est l’univers dont nous sommes issus.

Travaillez-vous avec d’autres collectifs ?

On renvoie parfois des missions vers d’autres collectifs. Comme Growth Room, par exemple.

Utilisez-vous les plateformes pour dégoter de nouveaux profils de freelances ?

Non. Les nouveaux membres viennent le plus souvent de nos réseaux.

Quelle est la réalisation dont vous êtes le plus fier ?

On a travaillé pour des clients géniaux comme Sorare, Aircall, Airbnb ou Brut.

Mais sur le long terme on a pour ambition de lancer nos propres projets, que ce soit des produits, des formations ou un fonds d’angel investing.

Un exemple de premier projet développé au sein du collectif est Cousto : Cousto, une formation d’UX Research dédiée à des product managers et designers avec des mentors exceptionnels venus d’Europe et des Etats-Unis. Cousto nous permet de faire rayonner notre expertise d’une manière complémentaire à l’activité de prestation.

Perspectives

Mozza dans 3 ans, ça ressemble à quoi ?

Une communauté de 300 talents passionnés qui accompagne les entrepreneurs et les startups les plus prometteuses en Europe et aux US.  Et un studio interne qui nous permette de lancer nos propres projets, avec une capacité d’investissement early stage.

Et le monde du travail dans 10 ans ?

Un monde du travail favorisant la liberté, la prise d’initiative, la responsabilité individuelle et l’impact. Un monde du travail qui puisse permettre la réalisation de soi en tant que professionnel et en tant qu’individu.

Antoine van den Broek
Rédacteur en chef d’Amédée

Indépendant, frère-fondateur de Mutinerie, penseur, acteur et témoin des nouvelles formes de travail, passionné par le développement de communautés, j’aime faire des rencontres et raconter des histoires, deux activités auxquelles je peux me livrer par la grâce d’Amédée

COMMENTAIRES

DANS LA MÊME CATÉGORIE

Lectures recommandées

Quand les freelances jouent collectif

Pour pallier l’isolement inhérent à leur condition d’indépendants, pour apprendre, vendre ou se défendre, les freelances se rassemblent au sein de collectifs. En...

Lookoom, freelances d’influence

Directeurs artistiques, stratèges, motion designers, rédacteurs, experts SMO, experts Social Media, social ads manager, community managers : le collectif de...

Freelances, êtes vous bien couverts en cas de pépin ? Faites le points sur votre situation !




Avec le soutien bienveillant de



Like Amédée

Retrouve Amédée sur

Les derniers Tweets

Qui est Amédée ?