Maladie ou accident, comment ça se passe quand on est freelance ?6 minutes de lecture

Dans la vie d’un freelance, il y a ce qu’on a prévu, ce qu’on espère, ce qu’on découvre et puis il y a les tuiles. Comme pour tout le monde, me direz-vous. Oui, mais en terme de protection sociale, le freelance n’est pas comme tout le monde. Alors que se passe-t-il pour le freelance qui se casse une jambe ou qui tombe malade ? Ne doit-il compter que sur ses économies ?

LES FRAIS DE SANTE

En cas de maladie ou d’accident, vous allez devoir consulter un médecin, prendre des médicaments ou faire des séances de rééducation. Tout cela a un coût. Comme pour les salariés, une partie est prise en charge par la sécurité sociale mais cette partie est loin d’être suffisante pour couvrir la totalité des frais engagés. Aujourd’hui, d’ailleurs, les employeurs ont l’obligation de proposer une mutuelle à leurs salariés. De même, le travailleur indépendant a tout intérêt à prendre une complémentaire santé. Les assureurs proposent différents niveaux de couverture par poste de soins : dentaire, optique, soins courants, hospitalisation et médecine douce. Selon votre situation et vos besoins, vous pouvez moduler les garanties pour obtenir la protection qui vous convient le mieux.

LE MAINTIEN DE REVENUS

Selon votre statut, la sécurité sociale peut vous verser des indemnités journalières le temps de votre arrêt de travail. Toutefois, là encore, il y a de grandes chances que ces indemnités ne soient pas suffisantes. Souscrire un contrat prévoyance assurera vos arrières en cas d’arrêt de travail prolongé, d’invalidité permanente ou de maladie chronique ne vous permettant pas de continuer votre activité professionnelle.

Selon les contrats, vous pouvez bénéficier :

  • de la prise en charge des incapacités de travail temporaires ou permanentes (garanties indemnités journalières, rente),
  • de la prise en charge de l’invalidité totale ou partielle (compensations de revenus, prise en charge des soins obligatoires, services d’accompagnement),
  • d’un capital décès transmis aux ayants droit,
  • d’une rente éducation pour les enfants,
  • d’une rente pour le conjoint survivant,
  • d’une indemnité pour les frais d’obsèques,
  • etc.

Pour aller plus loin :
Artisan, commerçant : les modalités de votre prise en charge
Profession libérale : les modalités de votre prise en charge

BONUS : LA GARANTIE ACCIDENTS DE LA VIE

En cas d’accident hors activité professionnelle (chute en ski pour les plus téméraires ou sur le trottoir en allant à la boulangerie pour les plus maladroits), il existe une assurance appelée garantie accident de la vie (GAV) qui va compléter la prise en charge des soins de santé et du maintien de revenus de votre complémentaire santé et/ou de votre prévoyance (par exemple, la prévoyance peut prévoir une indemnité après plusieurs mois d’inactivité là où la GAV va être activée dès le premier jour).

A noter que la GAV ne fonctionne que pour les accidents prévus au contrat et couvre souvent la totalité des membres du foyer (conjoint, enfant, etc.)

FOCUS SUR LA NOTION D’ACCIDENT DU TRAVAIL

L’accident du travail permet aux salariés d’avoir une meilleure prise en charge de leurs soins et des indemnités journalières plus élevées que pour un arrêt de travail standard.

A l’origine, la notion d’accident du travail n’existe pas pour les travailleurs indépendants. En effet, la définition officielle d’un accident du travail précise que l’accidenté doit être placé sous l’autorité de l’employeur lorsque le fait accidentel se produit. D’ailleurs, les entreprises cotisent pour ce risque (cotisation AT/MP). Cotisation dont sont exemptés les travailleurs indépendants.

Pour un travailleur indépendant, un accident intervenu dans le cadre de son activité professionnelle sera donc pris en charge comme un accident intervenu dans sa vie personnelle.

Toutefois, il existe des garanties complémentaires santé et prévoyance “professionnelles” vous offrant une meilleure protection en cas d’accident professionnel. La sécurité sociale propose également une cotisation facultative pour être mieux indemnisé dans cette situation (l’assurance volontaire AT/MP).

ET MA FAMILLE, EST-ELLE PROTEGEE ?

Si vous souhaitez que votre conjoint et/ou vos enfants bénéficient de la même protection que vous, vous pouvez demander à les rattacher à vos contrats. La cotisation sera alors ajustée en fonction du nombre de personnes rattachées au contrat.

LE CONSEIL D’AMEDEE

Selon votre situation personnelle (âge, situation familiale, activité sportive, etc.) vous n’allez pas avoir besoin des mêmes protections. Vous devrez également arbitrer entre le montant des cotisations et les montants  versés en cas d’accident et de maladie. De même si vous êtes jeune et célibataire, vous n’aurez pas les mêmes besoins en terme de santé qu’un freelance avec des enfants. Le mieux est donc de prendre rendez-vous avec votre assureur pour faire le point sur les garanties proposées dans ses contrats et composer le meilleur service pour vous. Discussion à prévoir régulièrement pour vérifier que vos assurances sont toujours en phase avec votre vie pro et perso (changement d’activité, arrivée d’un enfant, etc.).

Photo : Matteo Fusco

Rachel Pierre
Office manager freelance

Office manager freelance, j’accompagne mes clients dans le développement de leurs projets en optimisant l’organisation de leur entreprise. Curieuse, j’aime la découverte, le partage & me lancer de nouveaux défis.

COMMENTAIRES

DANS LA MÊME CATÉGORIE

Lectures recommandées

Le freelance est-il antifragile ?

L'antifragilité est une propriété des systèmes qui se renforcent lorsqu'ils sont exposés à des facteurs de stress, des chocs, de la volatilité, du bruit, des...

Amédée et le chant des sirènes

Revenus irréguliers, impayés, arnaques, burn-out, solitude, gourous avides… Mille dangers guettent les valeureux freelances. En mars, Amédée revient sur ces risques...

Avec le soutien bienveillant de

Like Amédée

Retrouve Amédée sur

Les derniers Tweets

Qui est Amédée ?