Freelances, s’entourer pour se protéger

Il ne fait pas bon être isolé dans la steppe du freelancing. Pour se protéger, les freelances s’unissent au sein de collectifs de formes et de natures variées. Cet article vous propose une typologie des 5 principaux types de collectifs de soutien aux freelances.

Retrouvez ce papier dans le Guide des indépendants 2018, une production Amédée et Socialter. Disponible en kiosque.

Les espaces de coworking

C’est la base. La communauté locale, palpable, organique. C’est autour de ces lieux qu’ont émergé les premières communautés freelances.

La multiplication des espaces de coworking à travers le monde est l’un des marqueurs les plus clairs de l’émergence de cette nouvelle classe de travailleurs.

La solidarité entre les membres y prend des formes très concrètes : on déjeune ensemble, on se donne des coups de main, on ouvre son réseau, on monte des projets ensemble, on tisse des liens qui vont souvent bien au-delà du champ professionnel.

Les collectifs métier

Nous avons parlé des collectifs de facto qui s’agrègent autour des espaces de coworking, mais il existe aussi des collectifs sectoriels qui suivent leur logique propre et ne sont pas attaché à un lieu en particulier. Développeurs (Happy Dev), Graphistes et designers (Collectif Parenthèse), journalistes (Youpress, Les Journalopes), digital nomades (Mangrove), les freelances s’unissent autour de métiers ou d’intérêts communs. Certains collectifs sont plus généralistes, mais associent en général des expertises complémentaire (Digital Village, VanilleFraise, Fine).

Rejoindre ces collectifs permet aux freelances de s’entourer de pairs auprès desquels ils pourront progresser, c’est aussi un bon moyen d’avoir accès à des projets que l’on n’aurait pu obtenir seul.

Les Coopératives d’activité et d’emploi

Les Coopératives d’Activité et d’Emploi (CAE) permettent aux freelances d’être salariés au sein d’une coopérative dont ils sont acteurs et actionnaires.

Les CAE assurent une certaine sécurité aux indépendants puisqu’elles leur permettent de profiter des droits attachés au salariat.

Bien entendu cela a un coût puisqu’en face, il faut s’acquitter des cotisations sociales. Rejoindre une CAE offre un autre avantage : c’est la coopérative qui se charge de l’administratif et de la compa pour vous. Enfin, ces entreprises mutantes organisent pour leurs membres des temps d’échanges et des formations pour les aider à progresser ensemble. Parmi les CAE, on peut citer Coopaname, Oxalis, SMart ou encore Port Parallèle.

Les syndicats

Initialement conçus pour défendre les salariés, les syndicats commencent à s’intéresser aux travailleurs indépendants.

La CFDT, premier syndicat de France s’est jeté à l’eau en lançant Union, une solution conçue pour faciliter la vie des indépendants. Des syndicats plus spécialisés existent aussi : le Syndicat National des Journalistes (SNJ), l’Agence Française des Designer (AFD) ou encore le Comité des Artistes-Auteurs Plasticiens (CAAP). Encore fragmentés par branche et pas toujours bien connus de freelances peu enclins à l’action collective, ces syndicats ne peuvent porter la voix des freelances dans leur ensemble. Freelances de tous les pays, unissez-vous ! Un jour peut-être…

Les mutuelles et assurances

Le but est ici de profiter d’un effet de masse pour aller négocier des avantages pour les freelances : de la mutuelle à la responsabilité civile professionnelle en passant par la garantie logement, Wemind se montre particulièrement actif sur la question. Maif, fidèle à sa tradition mutualiste, avance aussi sur le sujet de la protection – pro et perso – des freelances. On peut enfin citer Alan qui se positionne sur l’assurance santé des indépendants.

À chaque fois, l’objectif est d’aller chercher ensemble des protections que l’on aurait pu obtenir tout seul.

Photo de couverture Kevin Bluer
Photo #2 Brooke Cagle

Antoine van den Broek
Rédacteur en chef d’Amédée

Indépendant, frère-fondateur de Mutinerie, penseur, acteur et témoin des nouvelles formes de travail, passionné par le développement de communautés, j’aime faire des rencontres et raconter des histoires, deux activités auxquelles je peux me livrer par la grâce d’Amédée

COMMENTAIRES

DANS LA MÊME CATÉGORIE

Ca devrait vous intéresser

représentation des freelances
12/09/2018Actualité

Une voix pour les freelances

Hind Elidrissi, fondatrice de Wemind, récemment nommée au Conseil National du Numérique, nous parle des freelances, de leurs droits, et du devoir qu’ils ont...

plateformes pour freelances
04/09/2018Édito

Édito – Amédée et la plateforme

Ces dernières années, un phénomène nouveau était venu chambouler le quotidien d’Amédée et celui des nombreux travailleurs indépendants du royaume. Une bête étrange...

Retrouve Amédée sur

Like Amédée

Abonnement

Qui est Amédée ?

Amédée et la plateforme • SEPTEMBRE

Avec le soutien bienveillant de