Freelances, comment identifier votre client idéal ?7 minutes de lecture

Le client idéal existe, et vous pouvez le trouver. Amédée vous explique comment l’identifier.

 Quand on est freelance, tous les clients ne se valent pas. Et l’une des choses qu’on apprend avec l’expérience, c’est de reconnaître son client idéal : celui avec qui l’on sent dès le début que ça va bien se passer, que la mission va être intéressante et enrichissante et qu’on aura envie de collaborer à nouveau. 

Mais comment identifier cette perle rare ? Que vous cherchiez à établir le portrait-robot de votre client idéal ou que vous tentiez de savoir si un “vrai” client prospectif est le bon pour vous, Amédée vous aide à vous poser les bonnes questions.

Vos critères à vous

D’abord, il y a les questions qui vous concernent, vous. Un client idéal, c’est celui qui vous donne une mission qui vous donne envie de vous lever le matin. Commencez donc par les fondamentaux : qu’est-ce que vous aimez vraiment dans votre métier ? Sur quels types de sujets préférez-vous travailler ? Quelles compétences avez-vous envie de mobiliser ou d’étoffer ? Vous pouvez vouloir rester dans votre zone de confort, ou au contraire explorer de nouveaux horizons. Vous pouvez être passionné par certains sujets quand d’autres vous laissent un peu tiède. L’important, c’est de se connaître soi-même.

Posez-vous aussi des questions très concrètes. Préférez-vous des missions ponctuelles ou régulières ? Combien d’heures par semaine voulez-vous consacrer à un client ? Avez-vous envie de travailler chez lui ou préférez-vous être libre de travailler seul ? Ces questions sont théoriques tant que vous n’êtes pas en train de négocier une mission précise, mais elles deviennent rapidement très importantes : l’organisation du travail est tout aussi importante pour votre épanouissement professionnel que les sujets sur lesquels vous travaillez. Sachez là aussi quels sont vos critères.

L’entreprise idéale

Ensuite, il y a les questions qui concernent le type d’entreprise avec qui vous avez envie de travailler. Préférez-vous collaborer avec une petite ou une grosse société ? Vous pouvez aimer l’ambiance spontanée d’une petite boîte où tout le monde fait un peu de tout, ou au contraire préférer les missions bien cadrées par des clients qui ont plus d’expérience. Avez-vous des critères quant aux valeurs que portent vos clients ou le domaine dans lequel ils opèrent ? Si vous êtes personnellement engagé dans la lutte contre le changement climatique, par exemple, vous n’aurez peut-être pas très envie de bosser pour un géant des énergies fossiles.

Demandez-vous aussi ce que vous pouvez apporter à l’entreprise : quelle est la niche sur laquelle vous êtes le plus calé ? Brillez-vous davantage sur des missions stratégiques ou opérationnelles ? Quel est le genre de problèmes que vous adorez régler, et ceux qui vous donnent envie de partir en courant ?

Le client idéal, c’est celui qui vous donne la mission idéale ; c’est-à-dire celui dont les besoins s’alignent parfaitement avec vos compétences et vos centres d’intérêt.

L’interlocuteur idéal

Enfin, ne négligez surtout pas l’aspect interpersonnel. Ce n’est jamais vraiment avec une entreprise qu’on travaille, mais avec nos interlocuteurs en son sein. Ce sont eux, les vrais clients. Et là, le client idéal, c’est quelqu’un avec qui on aime travailler.

Il est donc important de vous demander avec quel type de personnes vous collaborez le mieux. Ici, il peut être utile de faire la liste des qualités et défauts de vos précédents clients (ou de vos boss et collègues si vous avez eu une activité salariée). Tout le monde a envie d’être traité courtoisement, de voir son expertise valorisée et d’être payé en temps et en heure. Mais d’autres critères dépendent de la personnalité ou de l’expérience : certains freelances préfèrent la spontanéité quand d’autres valorisent l’organisation ; on peut aimer travailler seul ou en équipe ; on peut avoir besoin de collaborer étroitement et d’être guidé, ou à l’inverse d’être le plus autonome possible.

Le client idéal… et la mission idéale

Après vous être posé toutes ces questions, vous devriez avoir une idée un peu plus claire de qui est votre client idéal, mais aussi quelle est votre mission idéale. Car les deux ne marchent malheureusement pas systématiquement ensemble, et vous devrez parfois faire l’arbitrage entre un client super avec une mission bof, ou une mission géniale avec un client que vous ne sentez pas trop.

Sur son blog, la rédactrice freelance Elna Cain établit la nuance. Sa définition du client idéal est assez universelle : il doit la payer à son tarif et dans les temps, aimer son travail et être réactif pour répondre à ses questions. En revanche, sa mission idéale est bien plus spécifique : écrire un article  de 1000 à 2500 mots par semaine, sur des choses qui l’intéressent, qu’elle peut signer de son nom et qu’elle met elle-même en ligne via un CMS.

Pour moi qui suis aussi rédactrice, une fois les bases couvertes (tarifs, délais, courtoisie, autonomie garantie), je crois que le critère le plus important est que j’apprenne des choses en écrivant pour mon client : généralement, plus il est passionné, plus il risque de m’apprendre des choses. Ma mission idéale, je la flaire quand je suis face à quelqu’un qui prend vraiment au sérieux ce qu’il fait, et qui a besoin de moi pour transmettre ses connaissances à d’autres. C’est ça, pour moi, le client idéal. Et pour vous ?

Philothée Gaymard
Journaliste indépendante

Je suis journaliste et rédactrice freelance depuis tout début 2015, après quatre ans passés chez Usbek & Rica. J’écris sur le genre, l’innovation, le développement durable et parfois un mélange de tout ça.

COMMENTAIRES

DANS LA MÊME CATÉGORIE

Lectures recommandées

Freelances, êtes vous bien couverts en cas de pépin ? Faites le points sur votre situation !




Avec le soutien bienveillant de



Like Amédée

Retrouve Amédée sur

Les derniers Tweets

Qui est Amédée ?