Freelance, faut-il vraiment sortir de ta zone de confort ?7 minutes de lecture

La semaine dernière, je parcourais les articles du blog d’Amédée, et j’ai découvert les articles évoquant les paradoxes de la vie de freelance. Il y en avait 3, et aussitôt, un 4e, m’est venu en tête, car il représente bien mon état d’esprit du moment.

Voici ces trois articles :

PARADOXE #1 : SE SPÉCIALISER TOUT AZIMUT
PARADOXE #2 : SE MÉFIER DE TOUS ET SAVOIR FAIRE CONFIANCE
PARADOXE #3 : SERVIR TON CLIENT SANS FAIRE CE QU’IL TE DEMANDE

J’ai tout de suite eu envie de me proposer pour rédiger un article sur ce 4e paradoxe : faut-il sortir de notre zone de confort, ou privilégier le côté “douillet” d’une activité que l’on crée à notre image ?

Il y a 4 ans, j’ai démarré mon activité de consultante en marketing digital, en freelance. Depuis, je passe beaucoup de temps sur les réseaux sociaux, pour faire ma veille, entretenir mon réseau, et faire la promotion de mes contenus.

Parfois, après quelques minutes sur Twitter, LinkedIn, Instagram ou Facebook, j’ai juste envie de fermer mon ordinateur et de soupirer.

Que ces injonctions à “sortir de ma zone de confort” sont nombreuses, et culpabilisantes ! Le fameux “no pain no gain”, qui nous encourage à agir dans la souffrance pour atteindre nos objectifs.

Il semblerait alors que la réussite passe par la douleur, et que si on ne sort pas de notre “zone de confort”, on manque d’ambition, on est un pantouflard, un loser. J’ai pourtant choisi d’être freelance pour dessiner le poste qui m’épanouit. Alors, qu’en penser ?

J’ai tendance à considérer, et les contenus qui vont dans ce sens sont nombreux, que l’on est bon lorsque l’on fait ce qu’on aime. Que l’on est plus efficace quand on est passionné.

Alors, que faire quand on est tiraillé entre les deux ? Que la société nous enjoint à faire des choses qui ne nous correspondent pas ?

Ce genre de dilemme se retrouve dans plusieurs situations de la vie de freelance.

Vendre sans être un commercial

Quand j’ai commencé mon activité freelance il y a 4 ans, on me disait “La première chose que tu dois faire, c’est apprendre à te vendre”. Je m’imaginais devoir contacter des sociétés qui ne me connaissaient ni d’Eve ni d’Adam, pour les convaincre qu’elles avaient besoin de moi.

Si on n’est pas à l’aise avec cette idée, peut-on quand même trouver des clients ?

De mon expérience, la réponse est oui ! Mais à condition de faire autrement.

De nombreux moyens existent pour attirer les prospects à nous sans avoir à prospecter : se construire un réseau, être bien visible sur les plateformes, avoir un site web bien référencé, travailler son personal branding, etc…

J’évoque d’ailleurs quelques idées sur cet article de mon blog.

Dessiner le poste de nos rêves, c’est aussi définir une stratégie d’acquisition de clients avec laquelle on est en accord, et dans laquelle on est en mesure d’avoir du succès.

Capitaliser sur son expertise et développer de nouvelles compétences

Beaucoup de freelances exercent des métiers du digital. Et le digital, ça bouge très vite !

Cela implique que l’on doit perpétuellement se former pour rester au top sur nos compétences, mais aussi potentiellement que l’on doit en développer de nouvelles.

Pourtant, lorsque l’on ne déborde pas de confiance en soi, proposer des prestations qui font intervenir des compétences “récentes” pour nous, peut poser plusieurs problèmes :

  • la peur de l’échec : si on ne maîtrise pas parfaitement les logiciels, les techniques ou les méthodes, on peut craindre que la mission ne se passe pas bien
  • la légitimité : le syndrome de l’imposteur n’est jamais loin quand on propose des services sur lesquelles on est peu expérimenté
  • la gestion du temps : sur un nouveau type de prestation, vous aurez du mal à bien chiffrer le temps nécessaire 

L’apprentissage de nouvelles compétences risque donc fortement de vous éloigner de votre zone de confort.

Est-ce indispensable pour vous d’en passer par là ?

Oui, si c’est la condition de la survie de votre activité. Lorsqu’on est aux commandes de société, on ne fait pas toujours ce que l’on veut.

Cela ne signifie pas pour autant qu’il faille systématiquement se ruer sur le nouvel outil, le nouveau réseau social ou la nouvelle tendance du moment. Rester à jour ne veut pas dire se disperser à tous les vents. Là encore, il faut faire preuve de discernement.

Rester ouvert à tout et choisir une niche

Veiller à cibler son offre, c’est l’un des grands principes du marketing.

Et c’est un conseil que je donne souvent aux freelances qui démarrent : spécialisez-vous, car en vous spécialisant :

  • vous serez plus vite légitime
  • vous bénéficierez d’un bouche-à-oreille plus efficace
  • vous pourrez plus facilement identifier des actions qui vous permettent d’attirer vos prospects

Oui mais justement, la majorité d’entre nous a justement choisi le freelancing parce qu’il leur permet de varier les plaisirs. De travailler sur des secteurs d’activités différents, de “slasher” entre plusieurs expertises. Comment accorder cette diversité féconde avec l’injonction à se spécialiser dans des niches de plus en plus étroites ?

Ici, il est donc question de choix :

  • préférez-vous choisir une niche, et limiter votre périmètre d’actions à certaines compétences ou certains secteurs d’activités, en ayant la possibilité d’accéder plus vite à un statut d’expert et donc à des revenus plus élevés ?
  • préférez-vous accepter des missions sur un spectre de compétences plus large et sur des marchés différents, en prenant le risque de voir votre activité évoluer plus lentement et d’avoir un positionnement moins singulier ?

Finalement, le propre du freelance est de faire ses choix.

Rappelez-vous que les clients vous choisissent pour vos compétences, mais aussi pour votre personnalité, votre unicité.

Vous avez le privilège de définir votre destination, et le chemin qui vous y emmènera. 

Profitez-en pour que le voyage vous ressemble, et vous soit agréable 😉


Photo de couverture
niklas_hamann
Photo #2 NESA by Makers

Marion Giroudon
Consultante en stratégie digitale & Mentor de freelances

Freelance depuis plus de 4 ans, j’aide mes clients à trouver leurs clients grâce à la puissance d’Internet. Et l’an dernier, j’ai eu envie d’aider aussi les freelances à s’épanouir, alors j’ai créé Super Freelance, un blog et une chaîne YouTube pour partager mon expérience.

COMMENTAIRES

DANS LA MÊME CATÉGORIE

Lectures recommandées

Avec le soutien bienveillant de

Like Amédée

Retrouve Amédée sur

Les derniers Tweets

Qui est Amédée ?